Quel est le point commun entre l’analyse démographique des communes française sous la Révolution, l’approvisionnement de la ville de Paris en poisson en 1313, la localisation des mosquées de Tolède au Moyen-âge, l’analyse de la parenté en Afrique, les géoglyphes péruviens dans l’Amérique préhispannique, la détection automatique des mangroves dans le Pacifique Sud ou encore les cours de tai-chi à Tianjin dans la Chine d’aujourd’hui ?

La spatialisation de l’information

Elle permet de mieux appréhender certains phénomènes complexes intrinsèquement liés à l’espace. Les positions relatives d’objets spatialisés et la façon dont ils sont liés offrent un appui pour l’analyse, l’exploration et l’interprétation des données. Ces méthodes reposent sur des bases de données auxquelles on peut, selon le contexte, associer une analyse géométrique (positions, distances, orientations), une analyse des réseaux (transport, prosopographie et relations sociales), de la géovisualisation (fouille visuelle de données, explorations interactive et itérative) ou de la cartographie dynamique.

Devant la constitution grandissante de données à caractère spatial et spatio-temporel, et notamment dans les sciences sociales où géographes, historiens, archéologues, sociologues, anthropologues, etc. utilisent de plus en plus des méthodes d’analyse spatiale, l’EHESS s’est dotée d’une Plateforme SIG (PSIG). Elle repose sur le recrutement des ingénieurs dédiés, l’achat mutualisé de logiciels SIG (licence Esri), l’acquisition de données spatiales (convention Ehess- IGN) et l’appui de la grande infrastructure visant à faciliter le tournant numérique de la recherche en sciences humaines et sociales, la TGIR Huma-Num.

La PSIG répond à des besoins grandissants dans l’accompagnement de projets de recherches en SIG et humanités spatiales, dans le développement d’outils performants ou encore dans la formation continue ou ponctuelle des étudiants et chercheurs. Ses objectifs sont multiples : mutualiser les compétences et les outils sur la spatialisation des données, mettre à disposition de la communauté scientifique des données à références spatio-temporelles et interopérables (Web de Données, OGC), contribuer à la valorisation et la diffusion de collections de sources anciennes selon les standards de bibliothèques numériques (ex : Gallica), proposer à terme une infrastructure orientée vers le travail collaboratif, valoriser les travaux passés et récents, favoriser les échanges et les collaborations entre les centres de recherche, réfléchir à l’articulation scientifique et technique avec les infrastructures existantes donner des enseignements et des formations spécialisées développer une critique réflexive sur les méthodes et les outils actuels.

Autrement dit, représenter, cartographier, comprendre, analyser et faire émerger une connaissance nouvelle d’un phénomène complexe en sciences humaines et sociales, voilà l’objectif de la plateforme SIG de l’EHESS.

Aujourd’hui, 9 centres de l’EHESS sont partenaires de la plate-forme SIG : le CRH comme porteur historique du projet plateforme, le CAMS, le CRBC, l’IRIS, le CERCEC, le LAS, le CASE, l’IIAC et le CeRAP. Le nombre de chercheurs et étudiants ayant eu accès à la plate-forme depuis 2013 représente plus de 60 personnes, avec une vingtaine de collaboration avec des chercheurs extérieurs.