Valorisation du fonds cartographique du Laboratoire de Graphique de l’EHESS

Ce projet s’inscrit dans la mise en place de la Plateforme de Système d’Information
Géographique (PSIG) de l’Ehess qui vise à construire un référentiel de données géoréférencées pour le mettre à la disposition de la communauté scientifique dans une démarche d’ouverture des données et élaborer une cartothèque patrimoniale numérique. L’Ehess s’appuie sur les travaux produit par le Laboratoire de Graphique créé par Jacques Bertin qui a acquis et produit, entre 1954 et 2000, des milliers de cartes. Ces cartes publiées au format papier ne sont, la plupart du temps, pas accessibles sous format numérique. Outre le fait de constituer une cartothèque patrimoniale, l’innovation du projet se situe dans la valorisation et la diffusion par la constitution d’un nouvel objet numérique : des cartes géoréférencées et indexées selon le schéma standard de métadonnées Dublin Core.

Ce projet est financé par le Centre de Recherches Historiques de l’EHESS et a fait l’objet d’un dépôt dans l’appel à projet 2015 « Soutien aux projets de numérisation – Arts et humanités numériques » de Paris Sciences et Lettres (PSL). Le porteur est la PSIG, les partenaires sont PSL, CNRS, ENS, Ecoles des Chartes, Université Paris I et les Archives Nationales.

Présentation du fonds Bertin

Créé et dirigé par Jacques Bertin, le Laboratoire de Cartographie (devenu ensuite Laboratoire de Graphique) a produit, entre 1954 et 2000, des cartes originales en collaboration avec les chercheurs et produit une réflexion sur la représentation sémantique qui dépasse une simple offre de service (cf. Bertin 1967, 1977, 1999). Ces cartes ont été publiées dans des ouvrages et des articles de revues. Lorsqu’ils ont été numérisés, les cartes n’ont pas été systématiquement dépliées ce qui en limite aujourd’hui l’accès sous format numérique. Ces cartes concernent
différentes aires culturelles (Europe, Afrique, Asie…) et périodes (de la préhistoire à la période contemporaine).

Un ensemble majeur concerne les dossiers de travail pour la rédaction et la publication des Atlas de la Révolution française. Dirigé par C. Langlois, S. Bonin puis coordonné par M. -V. Ozouf-Marignier et publié entre 1985 et 2000, l’Atlas illustre la volonté « d’explorer les usages de la cartographie comme outil et expression de la recherche historique » (Rapport d’activité du CRH, 1990-1997). Le fonds contient les archives de fabrication des cartes, les notes de travail, ainsi que les documents et typons envoyés à l’imprimeur.

Le Laboratoire de Graphique avait acquis aussi un important fonds de cartes topographiques (2562 cartes) produites par différents organismes (IGN, Orstom, services de cartographie étrangers etc.) dont l’intérêt réside en plusieurs points.

  1. Ces cartes, datées pour le plus grand nombre entre la fin du XIXe siècle et les années 1960-1970, permettent de travailler sur la dynamique des territoires et d’analyser des transformations majeures survenus au XXe s.
  2. Différentes aires culturelles sont représentées. Le fonds est particulièrement riche pour la France (1186 cartes) et l’Afrique (652 cartes). Il contient aussi des cartes pour l’Asie, l’Amérique du Nord et d’autres pays européens. De manière générale, hormis ce qui concerne la France, l’accès à ces cartes reste difficile et elles font encore peu l’objet de numérisation et de mise en ligne systématique. Elles sont complémentaires du service Carto-mundi pour la valorisation en ligne du patrimoine cartographique proposé par la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme – Aix-en-Provence.
  3. Ce fonds contient un grand nombre de cartes thématiques qui détaillent des éléments environnementaux, les réseaux, les données agricoles, la répartition spatiale, les divisions administratives, la population, les données ethnographiques, l’économie, etc.

Porteurs : Sandrine Robert (CRH-EHESS), Eric Mermet (CNRS/CAMS-EHESS)
Développements : Benoit Pandolfi
Soutien aspects Web de données : Carmen Brando

logo-psl