La résilience des formes du paysage : histoire, archéologie, géographie, archéogéographie

La résilience des réseaux routiers : le programme DYNARIF

Sandrine Robert

Le programme « Dynamique et résilience des réseaux routiers en région Ile-de-France » est un Projet Collectif de Recherche, financé par le Ministère de la Culture, coordonné par Sandrine Robert et Nicolas Verdier entre 2007 et 2014. Il a donné lieu à une publication en 2014 : Robert, S. et Verdier, N. dir. Dynamique et résilience des réseaux routiers. Archéogéographes et archéologues en région Ile-de-France. 52e supplément à la Revue archéologique du Centre de la France. Tours: FERACF, 2014, 259 p.

image1_okL’analyse croisée des cartes et photographies aériennes avec l’archéologie montre que d’anciens axes de circulation se sont transmis dans nos paysages. Ces dernières années, ces recherches sont apparues particulièrement pertinentes pour comprendre la résilience des organisations spatiales sur la longue durée. C’est pourquoi, le programme collectif de recherche Dynarif (Dynamique et résilience des réseaux routiers en Ile-de-France) a été constitué de façon à étudier les voies de manière diachronique.

Les auteurs retracent l’histoire des réflexions relatives à la route, telles qu’elles sont mobilisées par l’archéologie, de façon à réinterroger, en partant du terrain, les concepts, les méthodes et les vocabulaires. La portée des résultats dépasse ainsi le cadre régional de l’étude et participe au renouveau actuel de la pensée sur les voies de circulation en sciences humaines et sociales.

Le corpus de structures fouillées a été systématiquement recontextualisé grâce à la documentation planimétrique et textuelle. Dépassant la collection de tronçons, les auteurs saisissent l’organisation en systèmes de voies, ce qui permet d’intégrer un collectif large d’objets, associant à la fois les routes construites, mais aussi les chemins informels ou les simples traces de circulation. Des protocoles et des outils ont été mis en place (typologie, vocabulaire descriptif, bases de données cartographiques et bibliographiques géoréférencées accessibles en ligne) sont proposés pour faciliter le repérage et l’enregistrement de ces données.

Ce programme a été développé en association avec le programme « Archéologies du Bassin Parisien, réseaux de sites et d’acteurs », de l’UMR 7041 ArScan de Nanterre : https://abp.hypotheses.org/

Dès le début du PCR est apparu l’intérêt de croiser l’échelle d’analyse du terrain et la perception de l’itinéraire à l’échelle régionale. Parallèlement au recueil de l’information sur les structures archéologiques perçues sur le terrain, des recherches étaient développées pour reconnaître les tracés et itinéraires à l’échelle régionale. Une réflexion a été menée sur les cartes anciennes les plus pertinentes à utiliser. Dès 2007, une vectorisation du réseau routier à partir des cartes de l’Etat-Major au 1/320 000, 1/40 000 et 1/10 000 a été initiée (base RECIF-REAGIT). Elle se poursuit à travers une activité de saisie collaborative incluant des chercheurs et des étudiants des Université de Paris X, de Paris I et de l’Ehess : http://mapd.sig.huma-num.fr/consultation_em40/flash/ voir aussi Archéologie du Bassin Parisien, réseaux de sites et réseaux d’acteurs. Rapport 2011-2015, sous la direction de Laurent COSTA et Christophe PETIT, Nanterre, Janvier 2016, 239 p. (en ligne sur le site Archéologie du Bassin Parisien).

image2_okBase RECIF/REAGIT du programme Archéologies du Bassin Parisien, UMR 7041 Nanterre

La plateforme du programme Archéologies du Bassin Parisien a reçu également la BD Sources produite dans le cadre du programme Dynarif. La base de données BD Sources regroupe les ouvrages, articles, mémoires universitaires, rapports d’opérations portant sur les voies en région Ile-de-France. Elle a été constituée par les participants du PCR et associe les mentions bibliographiques à des tables géographiques. Pour chaque mention sont précisées les informations bibliographiques courantes (auteur, éditeur, dates etc.) auxquelles sont associées des informations géographiques : la région, le département et la commune concernée (lorsqu’elle était précisée expressément dans le titre). La base a été constituée notamment à partir des synthèses proposées à l’occasion de la publication de la série Carte Archéologique de la Gaule, de travaux universitaires ou de l’extraction de bases de données des services départementaux d’archéologie. La localisation géographique de l’information bibliographique qui permet de trouver rapidement des références mais aussi de visualiser leur répartition dans l’espace.

image3_okNombre de références bibliographiques inventoriées dans la BD Sources par communes

1388 références ont été saisies. La majorité concerne des articles ou notices (42,15%) puis des rapports d’opérations archéologiques (33,93%) et des ouvrages ou parties d’ouvrages (20,10%). L’originalité de cet inventaire repose dans l’indexation systématique des rapports d’opérations d’archéologie préventive qui permet de mettre en série des données en grande partie inédite. Loin d’être un catalogue exhaustif, l’inventaire de la BD Sources est comme souvent surtout le reflet des participations au programme. Ainsi, certains départements ont été plus investis (Val-d’Oise, Val-de-Marne, Seine-et-Saint-Denis). À travers l’inventaire des rapports Inrap, les zones touchées par les grandes opérations d’archéologie préventive ces dernières années, ressortent aussi nettement (villes nouvelles de Sénart et Marne-la-Vallée, Aéroport Charles-de-Gaule, etc.). Par ailleurs, l’exploitation systématique des notices des ouvrages de la série Carte archéologie de la Gaule, a permis d’avoir pour certains départements une information à la commune plus systématique (ex. Val-d’Oise).

Avec sa mise en ligne sur le site du programme Archéologie du Bassin Parisien, la base de données Sources permet aujourd’hui d’accéder à l’information bibliographique concernant les voies en faisant une recherche au département ou à la commune : http://mapd.sig.huma-num.fr/dynarif/flash/


La résilience de la forme urbaine parisienne

Sandrine Robert travaille sur la résilience de la forme urbaine parisienne dans le cadre de la plateforme d’information géohistorique sur Paris : Alpage : Analyse diachronique de l’Espace Parisien : approche géomatique : «  Elle repose sur une dynamique de travail impulsée en 2006, grâce au soutien de l’Agence Nationale de la Recherche, et qui s’est pérennisée au-delà de la phase financée (2006-2010). Le projet initial a fédéré une vingtaine de chercheurs coordonnés par Hélène Noizet, membre du LAMOP. Ces historiens, géomaticiens et informaticiens ont posé les bases d’un système d’information géographique (SIG) sur l’espace parisien pré-industriel. Les données spatiales de référence, construites pour le début du 19ème siècle et pour la période  médiévale, ont été mises en ligne dans une plateforme cartographique accessible à tous et la plupart d’entre elles sont téléchargeables librement. Les métadonnées associées permettent d’identifier les sources et les auteurs de chaque donnée ». : http://alpage.huma-num.fr/fr/

L’ensemble de ces travaux sont présentés sur le site web dédié : http://alpage.huma-num.fr/fr/ et ont donné lieu à la publication d’un ouvrage en 2013 (http://www.puv-editions.fr/nouveautes/paris-de-parcelles-en-pixels–9782842923648-0-567.html)

image4_okimage5_okSandrine Robert a travaillé plus particulièrement à l’analyse morphologique du tissu urbain parisien à partir du plan Vasserot (1810-1839) assemblé et géoréférencé. La résilience des formes antiques, médiévales et modernes dans le tissu urbain du 19e siècle et actuel a été exposée dans différentes publications[1].

[1] Robert, S., Noizet, H., Grosso, E. et Chareille, P. Premières analyses morphologiques du parcellaire parisien. Dans Noizet, H., Bove, B. et Costa L. dir. Paris de parcelles en pixels : des plans Vasserot au SIG Alpage, Presses universitaires de Vincennes, 2013, p. 197-223 ;

  1. Grosso, H. Noizet, S. Robert, P. Chareille The ALPAGE historical GIS: a new tool allowing a new look at medieval Paris, In : Proceedings of the XVI World Congress of the International Union of Prehistoric and Protohistoric Sciences (Florianopolis, Brazil, 4-10 September 2011) 4 – Understanding Landscapes, from Land Discovery to their Spatial Organization, p. 77-87 ;
  2. Robert et H. Noizet – The Resilience of the Old Course of the River Seine on the right bank of Paris. In : S. Robert and B. Sittler (ed.) – Water as a morphogen in Landscapes – L’eau comme morphogène dans les paysages. UISPP PROCEEDINGS SERIES, UISPP – International Union of Prehistoric and Protohistoric Sciences, Archaeopress, British Archaeological Reports, pp. 83-94

prezi_psig457-dec-10-18Présence de l’orientation d’origine antique dans les rues actuelles de Paris (Robert, Noizet, Grosso, Chareille 2010)

Un outil spécifique a été développé pour l’analyse des formes[1]. L’outil « MorphAl (Morphological Analysis) permet deux types de caractérisation. La caractérisation linéaire permet le repérage de morphogènes structurant le tissu urbain par l’analyse des orientations des segments de parcelles et de voies. La caractérisation polygonale permet l’analyse de la superficie des parcelles et des îlots et le repérage des parcelles proches ou au contraire éloignées de la norme morphologique, qui correspond ici à la parcelle rectangulaire. Avant de réaliser ces caractérisations, MorphAL permet de vérifier la validité des données vectorielles utilisées (« Simple Feature Specification » définie par l’Open Geospatial Consortium2). Ce processus permet à l’utilisateur de corriger au besoin les données utilisées, garantissant ainsi à terme la réutilisabilité et l’interopérabilité de ces données dans un quelconque environnement SIG.

L’analyse de l’orientation du parcellaire parisien a permis de dégager les grandes tendances d’organisation présentes au début du XIXe siècle. Elles ont été comparées aux orientations des structures archéologiques pour tenter d’en préciser la genèse.

L’indice d’élongation ou d’étirement a permis de mesurer le pouvoir d’attraction de certaines rues sur le parcellaire. À partir des indices de rectangularité mesurant la distance surfacique par rapport au rectangle minimum englobant (DSR) et à l’enveloppe convexe (DSC) de chaque par­celle, on été repérés les secteurs au parcellaire très rectangulaire, révélant potentiel­lement des planifications, ou inversement des secteurs au parcellaire très éloigné de la norme rectangulaire, révélant des conflits de formes.

[1] S. Robert, E. Grosso, P. Chareille et H. Noizet – « MorphAl (Morphological Analysis) : un outil d’analyse de morphologie urbaine ». Dans : E. Lorans et X. Rodier dir. Archéologie de l’espace urbain, Tours, Presses Universitaires François-Rabelais. Comité des travaux historiques et scientifiques, 2013, p. 451-465

prezi_psig458-dec-10-18Repérage des planifications par l’indice rectangulaire (Robert, Noizet, Grosso, Chareille 2010)

Le logiciel MorphAl est téléchargeable gratuitement à l’adresse suivante : http://alpage.huma-num.fr/fr/ressources/extension-sig

En 2012-2013, une étude spécifique a porté sur la résilience du paléoméandre nord de la Seine situé sur sa rive droite[1]. Ce bras mort a été observé lors de fouilles archéologiques, mais la résilience de cette zone humide dans la structuration de l’espace urbain parisien n’avait pas encore été soulignée. Grâce au SIG, un premier croisement entre des données textuelles, planimétriques et archéologiques montre qu’elle marque, sur la longue durée, les espaces seigneuriaux (censive de Sainte-Opportune), l’exploitation pastorale puis agricole du sol (culture céréalière puis maraîchère à partir du milieu du XIIe s.,), les infrastructures techniques (ponceaux et réseau d’égouts du Moyen Âge et de l’époque moderne), le tissu urbain (réseau viaires et trames urbaines des XIXe et XXe s.). La spatialisation de ces données, produites dans des contextes documentaires très variés, montre la convergence géographique du phénomène et montre que depuis la fin du IXe s., l’emprise spatiale du paléoméandre a été plusieurs fois réactualisée non pas à cause d’un déterminisme géologique, mais parce qu’il est devenu une forme de l’expérience des sociétés médiévales, modernes et contemporaines : https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs00857645/PDF/Noizet_Mirlou_Robert_paleomeandre.pdf

[1] S. Robert et H. Noizet – The Resilience of the Old Course of the River Seine on the right bank of Paris. In : S. Robert and B. Sittler (ed.) – Water as a morphogen in Landscapes – L’eau comme morphogène dans les paysages. UISPP PROCEEDINGS SERIES, UISPP – International Union of Prehistoric and Protohistoric Sciences, Archaeopress, British Archaeological Reports, 2016, pp. 83-94 ; Noizet, H., Robert, S. et Mirlou, L. La résilience des formes. La ceinture urbaine de Paris sur la rive droite. Études rurales, 2013, n°291, p. 193-220 ; Noizet, H., Mirlou, L. et Robert S.  Cartographie des crues centenales à Paris. Dans : C. Beck, M. Franchomme, F. Guizard-Duchamp et J. Heude. Zones humides et villes d’hier et d’aujourd’hui : des premières cités aux fronts d’eau contemporains. Revue du Nord, Hors série, collection Histoire, n°26, 2011, p. 91-104

prezi_psig467-dec-10-18Les différents effets du méandre dans le temps (Noizet, H., Robert, S. et Mirlou, L. 2013)


La circulation de la marée

Depuis 2014, Sandrine Robert a initié une étude sur la circulation du poisson frais dans le Bassin Parisien au Moyen-Age et à l’époque moderne. Elle montre comment l’approvisionnement d’une denrée particulièrement périssable mais rendue indispensable par des prescriptions religieuses peut avoir un impact sur l’organisation des transports, des marchés, la construction du réseau des villes et peut même contribuer à la diffusion du droit dans l’espace. Sans agir directement sur les infrastructures routières ou l’organisation matérielle du transport, le pouvoir royal et la ville de Paris vont inciter les transporteurs picards et normands à faire de la capitale une de leur principale destination, en produisant une réglementation très avantageuse pour leur commerce. Sur des charrettes ou à pieds en chassant le cheval devant eux, les chasse-marée (nom donné dès le 13e s. aux transporteurs spécialisés dans l’acheminement du poisson et des coquillages frais) parcourent l’espace qui les séparent de la capitale dans un délai n’excédant pas 24 à 36 heures.

Sandrine Robert constitue une base de données géolocalisée inventoriant les traces du passage de la marée du IXe siècle au XIX siècle à partir des données archéologiques, bibliographiques et historiques. Ces informations sont croisées avec l’analyse des traces de cette circulation relevées sur les cartes anciennes et dans la toponymie. Pour cette dernière, elle utilise le plugin Topomine développé par Eric Mermet dans le cadre de la Plateforme des SIG de l’Ehess qui permet le repérage automatisé de familles de toponyme : https://plugins.qgis.org/plugins/Topomine/

image9_okGéolocalisation des données historiques (Robert 2015) 

Une modélisation des cheminements en fonction de la sollicitation potentielle des tracés routiers présents au XVIIIe siècle a été menée avec le logiciel GeographLab développé par Eric Mermet[1] et est comparé avec les données issues de la spatialisation des sources historiques, archéologique et toponymiques.

[1] Mermet, E. (2011) GeoGraphLab : un outil pour l’exploration des propriétés structurelles d’un réseau de transport, I3, Interaction Intelligence Information

prezi_psig450-dec-10-18