Le projet PACHA : PAtrimoine CHAm des provinces de Thừa Thiên – Huế et Quảng Trị (Vietnam)

logo-camsProjet PACHA

Anne-Valérie Schweyer (CNRS/CASE)

Constat :

  • Catalogage exhaustif des sites Cams sur le terrain en cours (rassembler et préserver les arts et traditions anciens transmis par un peuple en voie de disparition).
  • Nombreux sites aujourd’hui disparus (région sensible au moment de la Guerre du Vietnam ; expansion démographique ; variations environnementales)
  • Besoin d’une base cartographique fiable

Quelques exemples de cartes archéologiques du Vietnam :

prezi_psig312-dec-10-12Parmentier H., Inventaire descriptif des monuments cams de l’Annam,
Paris 1909, pl.CVIII


prezi_psig313-dec-10-12Paris, Musée Guimet, Exposition Champa, 2005


prezi_psig315-dec-10-12Guillon E., Art et archéologie du Champa. Une ancienne civilisation du Vietnam, Picard 2011, p.39


prezi_psig316-dec-10-12Schweyer A.-V., Vietnam. Histoire Art Archéologie, Bangkok 2011, p.8

N.B. Position des sites géoréférencés


Le projet PACHA se concentre
sur les provinces de Thừa Thiên – Huế et Quảng Trị :

prezi_psig317-dec-10-12Parmentier H., Inventaire descriptif des monuments cams de l’Annam,
Paris 1909, pl.CXIII

Carte des provinces de Thừa Thiên – Huế et Quảng Trị

40 sites non géoréférencés


Première problématique :

  • Les cartes de Parmentier 1909 sont approximatives, sans géoréférencement.
  • Parmentier publie en 1923 une liste complète de points géoréférencés sur le pays cam. 128 sites répertoriés mais aucune carte publiée.
  • Ces points semblent correspondre à des cartes de l’Indochine publiées par le Service géographique de l’Indochine vers 1920-1930.
  • Son système de géoréférencement n’est pas identifiable…

prezi_psig555-dec-13-01Tableau d’assemblage de l’atlas de l’Indochine dans les années 1920


25000e-indo_ok

Couverture partielle au 1/25000e

Montage des cartes 119-120-125-126


Ce type de couverture existe pour la région mais H. Parmentier, en retraite en 1932 et décédé en 1949, n’a rien publié sur le Campa après 1936. Il faut chercher dans les archives vietnamiennes, qui semblent conserver une partie des archives d’ H. Parmentier.

Seconde problématique :

  • L’évolution du paysage au cours des siècles…
  • Dans l’optique d’une recherche d’évolution du paysage :
    . on peut remonter vers le passé, grâce à des cartes anciennes, ou descendre vers le présent ;
    . on peut comprendre le processus du peuplement dans le temps (par exemple, le processus de formation des lagunes de Huê).

Analyse des changements supposés dans la morphologie du paysage

  • Par exemple: un état du paysage au XVe siècle est connu par des cartes viêts et la comparaison entre le XVe siècle et le début du XXe siècle montre de nets changements : une lagune au XVe siècle a laissé place à des rizières (travail des hommes ou ensablement ?).
  • Les cartes numérisées permettent de visualiser d’autres stades d’évolution dans le temps.

prezi_psig328-dec-10-12Atlas des lagunes de la province de Thừa Thiên – Huế, Hue 2003 p. 29

Il y a 20 000 ans : la plaine de Huê est un golfe immense

prezi_psig329-dec-10-12Atlas des lagunes de la province de Thừa Thiên – Huế, Hue 2003 p. 30

Il y a 4 000 ans : le recul de la mer forme un cordon littoral, sédiments de la mer et du vent ; puis entre la ligne de côte ancienne et ce cordon est née une lagune.

prezi_psig330-dec-10-12Atlas des lagunes de la province de Thừa Thiên – Huế, Hue 2003 p. 31

Il y a 2 000 ans : recul de la mer, déplacement horizontal des sédiments vers la mer, troisième génération de cordon littoral et formation des lagunes. Époque d’arrivée des Cams

prezi_psig331-dec-10-12Corrélation entre une carte viêt du 16°-17° siècle et Atlas de l’Indochine, déb. 20°s

Retour de terrain. De nouvelles perspectives sur la présence cam au Centre Vietnam

La première étape du projet était l’étude du contexte et sa faisabilité. Il s’agissait de poser les bases de l’étude: le cadre chronologique, le substrat humain et son cadre géographique spécifique. Plusieurs mois de missions sur le terrain ont permis un repérage précis du terrain, le marquage par points GPS des sites cams et Nguyễn, la constitution d’une base de données incluant des milliers de textes d’archives, de photos, l’ouverture d’un site web (pacha.huma-num.fr). Il s’avère que la région recèle un énorme potentiel d’étude, car elle a été occupée de manière continue pendant des millénaires, et que les populations qui l’ont peuplée se sont adaptées à l’environnement.

Mais l’exploitation des données collectées au cours d’une longue mission sur le terrain la 1ère année du projet a rapidement commencé à poser problème, car nous ne disposions pas de bonnes cartes de base pour visualiser nos lieux de trouvailles. Nous avons donc décidé de collecter des documents cartographiques. Lors des recherches de données cartographiques s’est posé le problème de l’accès aux cartes géographiques au Vietnam, un sujet fort sensible depuis la dispute entre le Vietnam et la Chine, à propos des îles Paracels, qui se situent –bien que fort loin- au large du Centre Vietnam. Ce n’est que très récemment que nous avons pu avoir accès à des documents vietnamiens.

Prospection au GPS à main (5m) des sites cams

prezi_psig333-dec-10-121ère campagne en janvier 2013

prezi_psig334-dec-10-122ème campagne : Été 2014 Province de Quảng Trị : 44 sites + 1 musée + collections particulières

prezi_psig335-dec-10-122ème campagne : Été 2014 Province de Thừa Thiên – Huế : 39 sites + 4 musées + collections particulières

 Ressources cartographiques

  • Cartographie occidentale

La recherche de cartes anciennes s’est concentrée dans un premier temps sur les archives présentes sur le territoire français. Il s’agit essentiellement des cartes datant de l’époque de la colonisation française au Vietnam, se trouvant dans les différentes archives en France (Bibliothèque nationale de France à Paris, Archives nationales d’Outre-Mer à Aix-en-Provence, Archives du Service de la Défense à Vincennes, Institut Géographique national à Saint-Mandé). On dispose actuellement d’un jeu de cartes couvrant la période de la colonisation française, soit de 1875 à 1953.

Toutes les cartes françaises sont aujourd’hui géoréférencées, c’est-à-dire qu’elles sont positionnables sur des cartes contemporaines et que cela permet des études comparatives pour étudier l’évolution du paysage. Ces cartes sont en cours de vectorisation, c’est-à-dire que le réseau hydrologique sur lequel se centre actuellement notre étude est entièrement retracé à la main, afin de fournir une couche de référence pour chaque carte datée. Le géoréférencement et la vectorisation des cartes demandent un travail très long et minutieux ; c’est la première étape pour constituer un système d’information géographique (SIG). C’est grâce à l’appui de la Plate-forme SIG de l’EHESS (psig.hypotheses.org), et tout particulièrement à l’investissement dans le projet d’Eric Mermet, qu’une prise en main du logiciel ArcGis a été possible.

  • Cartographie asiatique

Les cartes chinoises ou sino-vietnamiennes ne sont pratiquement pas publiées et leur accès dans les archives locales au Vietnam est difficile, voire impossible. Une recherche bibliographique a permis de conclure que des cartes locales existent et qu’elles sont datées de 1490 à nos jours. Cependant, ces cartes anciennes sont apparemment impossibles à géoréférencer, car il s’agit de cartes plus politiques (voire militaires) que géographiques et, surtout, elles comportent de nombreuses informations écrites directement sur les cartes qui sont indispensables à leur compréhension. Chaque croquis géographique ne peut donc être dissocié des commentaires et explications directement écrits sur le document ; ces cartes comportent beaucoup de textes écrits en han nôm (sino-vietnamien) qui expliquent le schéma procuré comme base visuelle. Ainsi, les cartes asiatiques doivent être déchiffrées avant toute utilisation car elles comportent des informations écrites indispensables à toute étude sur la résilience du paysage.

Comparaison entre deux cartes de 1883 :

comparaison-entre-deux-cartes-de-1883a/ une carte française dressée par le Service Géographique de l’Indochine (Archives Nationales d’Outre-Mer FRANOM Asie 106_01).
b/ Géographie Descriptive de l’Empereur Dong Khanh (éditée en 2003 : Ngô Đức Thọ, Nguyễn Vǎn Nguyên, Philippe Papin (2003),  Đồng Khánh địa dư chí = Géographie descriptive de l’empereur Đồng Khánh = The descriptive geography of the Emperor Đồng Khánh , Hà Nội : Thế giới).
On peut clairement voir que le paysage lagunaire avec la capitale Huế et les ouvertures sur la mer ne sont pas représentés de la même manière, car la perspective n’est pas identique. Les Français mesurent le territoire ; les Vietnamiens le décrivent. La carte vietnamienne ne peut être utilisée que si l’on intègre dans l’analyse le texte écrit autour et dans le document, qui précise les distances, les caractéristiques géographiques.
Le cercle jaune repère la capitale Huế. Le cercle orangé au Nord situe la passe dite de Thuan An, principal accès à la mer à cette époque. Le cercle orangé au Sud situe la lagune de Cau Hai qui ouvre sur la passe dite de Tu Hien ; c’est le seul accès dont on peut attester l’existence dès l’époque cam, car il est surplombé par un site du 12ème ou du 13ème siècle.


Carte de Hong Duc. 1490carte-de-hon-ducL’ovale rouge repère le territoire étudié. Les rivières font office de frontières naturelles entre les districts, les noms desquels sont clairement indiqués dans des cartouches. Seuls autres éléments importants notés : les noms des embouchures de fleuves. Les indications écrites montrent que ces documents cartographiques pouvaient servir à l’administration royale de Thang Long (Hanoi moderne) qui tenait des registres des villes et villages par districts.

Etude comparative de cartes du 17ème siècle montrant l’évolution du paysage.

etude-comparative-de-cartes-du-17eme-siecleetude-comparative-de-cartes-du-17eme-siecle-legendeLe point jaune au Nord est l’ancienne capitale des Seigneur Nguyễn, Dinh Cat. On constate qu’au cours du 17ème siècle l’accès à la mer de Dinh Cat se ferme, ce qui conduit les Nguyen à changer le lieu de leur capitale, plus vers le Sud.
Plus au Sud, on voit, d’une part, la lagune de Tam Giang, au centre, s’élargir, et, d’autre part, la lagune de Thuy Tu, au Sud, se former pour finalement s’ouvrir un passage en direction du Sud et offrir ainsi un double accès à la mer à la nouvelle capitale Nguyen tout en augmentant le capacités d’accueil des navires.
A l’aide de ces cartes, on peut repérer la formation de lagunes au cours du temps, la fermeture d’une embouchure de fleuve qui a dû modifier les données géopolitiques de la  partie nord de la région et la création d’un double accès à la mer dans la partie sud de la région. Car c’est précisément à cette époque (1636-1687) qu’a lieu le changement de capitale des Seigenurs Nguyễn. On constate, en effet, qu’en 1626, la capitale de Dinh Cát dans l’actuelle province de Quảng Trị est transférée dans l’actuelle province de Thừa Thiên – Huế, d’abord à Phước Yên, proche du fleuve Bồ pour une dizaine d’années, puis à Kim Long, au bord de la rivière des Parfums.

Bilan provisoire de l’étude cartographique

La collecte –en cours de constitution- des cartes des provinces de Thừa Thiên – Huế and Quảng Trị a permis l’élaboration d’un Système d’Information Géographique (SIG) dont les premiers résultats sont visibles sur le site pacha.huma-num.fr.

L’exploitation de tous les documents est en cours, car toutes les cartes doivent être numérisées en format .tiff ou .png avant de pouvoir être géoréférencées. Il s’avère que les cartes vietnamiennes sont exploitables et elles permettent d’obtenir des documents jusqu’à 1490. Mais elles ne sont pas géoréférençables et leur utilisation demande la mise au point d’un système d’exploitation sur lequel des collègues informaticiens (Benoît Pandolfi et Carmen Brando de la PSIG à l’EHESS) travaillent actuellement et le travail de philologues sur les textes Han-Nôm (en sino-vietnamien) (Nguyen Thi Huong et Tran Van Quyen à Hanoi). A ce stade, nous cherchons encore des moyens techniques qui nous permettent des comparaisons valides entre toutes les cartes, afin, dans un premier temps, de travailler sur le réseau hydrographique de la région, facteur essentiel des échanges.

L’étude des cartes géoréférencées a permis de comprendre certaines évolutions du paysage, telles que la création des lagunes au 17ème siècle ou l’évolution des ouvertures sur la mer ; ces deux phénomènes géomorphologiques ont amené des questionnements sur l’évolution et la résilience du paysage, les conséquences sur les formations des Etats et leur développement économique à travers le temps.

Ces quelques exemples choisis montrent :

  • l’intérêt de rechercher le maximum de documents cartographiques pour visualiser le terrain d’étude ;
  • que les cartes utilisées dans une recherche historique deviennent des outils d’investigation et de résilience ;
  • la nécessité d’étudier en complémentarité documents occidentaux et asiatiques pour obtenir le maximum d’informations. Cet aspect de la recherche n’était pas du tout prévue lors du lancement du projet PACHA, tant il semblait impossible d’utiliser des cartes asiatiques non géoréférençables et de les traiter comme des documents historiques ;
  • que les cartes ont ouvert l’espace de travail du projet en montrant l’adéquation entre l’histoire et l’évolution du paysage et en permettant de comprendre à quel point les ouvertures sur la mer pouvaient se modifier rapidement et entraîner d’importants changements dans les voies de communications et donc, dans les politiques locales ;
  • qu’il est possible d’établir une relation entre l’évolution du paysage et les mouvements des centres politiques, induisant ainsi l’importance de causes environnementales au cours de l’histoire.

Ainsi, une première étude de la documentation cartographique tant occidentale qu’asiatique montre qu’une approche pluridisciplinaire est nécessaire, car les différentes cartes peuvent être étudiées de manière complémentaire et enrichissante. Elles permettent ainsi d’apporter des éléments d’analyse supplémentaires dans le cadre d’une étude sur le processus de formation, d’évolution et de décadence d’éléments du paysage, telles les lagunes, sources de vie et lieux-pivot des échanges commerciaux.

d56200ef1ff6de7117da5edd220c292e563c01e172c8297c95pimgpsh_thumbnail_win_distrlogo case def