Paris et son réseau de rues pour une spatialisation des adresses historiques, fin XVIIIe siècle-première moitié du XIXe siècle

Auteurs : Éric Mermet (EHESS/CRH), Anne Varet-Vitu (CNRS/CRH/LaDéHiS)

L’objectif de cette contribution est de réaliser la géo-spatialisation d’adresses parisiennes, relevées dans les Almanachs royaux au XVIIIe siècle et dans des Bottins administratifs au XIXe siècle, sur le réseau de rues de la ville modélisé sous forme de graphe (un filaire) mis à jour rétrospectivement à partir de la BDD de Géoroute (IGN, 2000) par des sources cartographiques : des plans analogiques historiques (Jacoubet, 1836 et Verniquet, 1785).

La construction et la mise à jour du filaire à deux dates repose sur la méthode de la modélisation linéaire (segmentation dynamique et geocoding). Ont été retenus dans la description thématique des rues non seulement le nom, le type de rue mais aussi le système du numérotage en vigueur pour chaque période : le système actuel qui a été imposé par le Préfet de Paris, Frochot, en 1805 sous l’Empire : l’unité numérique est la maison, alternance gauche droite, sens du réseau imposé par rapport à la Seine et du centre vers l’extérieur ; le système de Kreenfelt (1779) qui a cours à la fin de l’Ancien Régime : un numérotage en fer à cheval, les premiers numéros de la rue placés d’une façon aléatoire soit au côté gauche (la majorité des cas) soit au côté droit, l’unité numérique est la porte . En absence de « locator » d’adresses adapté à ces exigences et nécessaire pour la réalisation du géocodage dans ArcGIS, ce type de numérotage a exigé la conception d’un outil Python dédié à ce géocodage particulier.

En effet, une première approche consiste à placer les adresses à l’aide d’une simple interpolation linéaire. Cette dernière donne des résultats satisfaisants sur le positionnement des points d’adresses. Malgré tout, l’interpolation induit le fait que les distances entre les points d’adresses sont équidistantes, ce qui peut nuire à l’interprétation des résultats, notamment lorsque les rues sont longues. Or certaines adresses sont parfois connues précisément (églises, hôtels particuliers, bâtiments administratifs, etc.). Il convient alors de les positionner manuellement. Ces points deviennent des points de contrôles dont le rôle est d’effectuer une correction géométrique pour tous les autres points, méthode que nous appelons « correction élastique ». La précision des points d’adresses le long du linéaire est alors améliorée.

La géo-spatialisation des adresses historiques a suscité la production de cartes thématiques des pratiques de l’espace parisien : un certain nombre de métiers connus à l’adresse répartis dans la ville à différentes dates (1818, 1836) et des portes d’habitation de la noblesse et la bourgeoisie parisienne en 1789 et leurs activités.

Au cours de son histoire, Paris par ses fonctions de ville et de capitale, a perpétué de remarquables permanences en assurant la préservation d’éléments témoins de son passé (architecture, topographie, structure viaire). Toutefois, Paris s’impose aussi comme un ensemble d’objets qui se modifie dans l’espace, dans le temps et dans sa nature. Du 18e siècle à nos jours, l’espace urbain parisien évolue au rythme des transformations qui affecte l’occupation de son parcellaire et sa voirie.

Dans cette contribution, nous nous arrêterons à l’étude des pratiques et des activités socio-économiques parisiennes à la fin du xviiie siècle inscrites dans la réalité de la ville. Cette étude participe à un plus grand projet de recherches, celui de la construction d’un SIG « SIGParis18-19 » dont l’objectif est de mettre en lumière les cultures et les pratiques de l’espace parisien, de la fin de l’Ancien Régime à la période précédant les grands bouleversements structurels de l’espace urbain parisien du Second Empire (1852-1870) par les grands travaux de modernisation et de rénovation, entrepris et dirigés par le Baron Haussman1 . La réalisation de ce projet se fonde sur des sources historiques de nature et de statut différents (plans, dictionnaire de rues, Almanachs, sources notariales, etc.) qui rendent compte des transformations urbaines et des activités sociales, professionnelles, administratives, politiques, littéraires, etc. Le projet envisage ainsi de ‘revisiter’ l’histoire de Paris en renseignant sur le plan les positions des différents groupes sociaux dont les individus sont connus à leur adresse, ainsi que celles des édifices publics et religieux, pour la période retenue (1785-1789).

Dans la perspective de réaliser la spatialisation de ces informations historiques, différents plans de l’espace parisien conservés dans les archives, qui sont autant de « représentations » de la ville à des périodes temporelles spécifiques ont été mobilisés. Le critère essentiel qui a été retenu était de s’appuyer sur des sources dont la position du réseau des voies publiques soit rigoureuse. Suite à des opérations de géoréférenciation dans un référentiel spatial unique et leur calage par rapport à des informations spatiales actuelles, ont pu garantir leur comparaison. Des méthodes de mises à jour du réseau (modélisation linéaire : méthode de la segmentation dynamique) ont été mises en œuvre permettant ainsi de révéler l’évolution du réseau viaire. Pour réaliser la géolocalisation des données historiques connues à l’adresse postale, la gamme ArcGis offre en standard une fonctionnalité de géocodage qui a été mobilisée pour traiter la base données d’adresses parisiennes de la première moitié du 19e siècle2. En ce qui concerne les adresses historiques relevées dans l’Almanach de Paris (1789) sur un réseau de rues construit à partir du Plan de Verniquet3, l’absence de locateur d’adresses adapté aux caractéristiques du réseau des rues, a exigé la création d’un outil Python ArcMap. Seront développées dans cette contribution les méthodes utilisées et seront présentés les résultats des traitements.

L’évolution du réseau viaire parisien et les grandes opérations de numérotage1

De nos jours, il est aisé de rechercher une rue, une adresse, un monument… à travers le réseau viaire régi par des règles connues qui imposent principalement le système de numérotage ou encore le sens des rues. En Europe, à partir du milieu du 18e siècle, différents systèmes de numérotage ont été imposés dans les villes2. En fait, la volonté de numéroter les maisons ne répondait pas seulement au besoin de simplifier l’orientation des habitants des villes avec « l’idée moderne de faciliter les rapports entre citadins » selon Jeanne Pronteau3 ou d’être utile aux étrangers. C’est dans un souci d’identification caractéristique de l’esprit classificateur du 18e siècle, que se situe la réponse : une zone frontière où se côtoient l’armée, le fisc et la police4. Grâce aux opérations de numérotage, il devient possible d’obtenir des informations relatives aux richesses et aux ressources des maisons en vue de contrôler, d’imposer ou même d’assurer le logement des soldats.

A Paris, de nouvelles règles ont été imposées à partir de 1805, dans le souci de répondre à la volonté de Napoléon 1er de faire de Paris la grande capitale de l’Empire mais surtout pour résoudre les problèmes occasionnés par l’incohérence du système de numérotage des immeubles hérité de la Révolution Française qui, lui-même, avait rayé les premières tentatives de numérotage à la fin de l’Ancien Régime. L’empereur confie cette tâche au premier préfet de Paris, Nicolas Frochot (1761-1828). C’est par le décret du 4 février 1805 que sont imposées les bases du système moderne de numérotage, encore en vigueur aujourd’hui. À partir de cette date, l’unité de numérotation est la maison et non plus la porte avec une distinction entre les nombres pairs (droite) et les nombres impairs (gauche) ; le sens des rues est orienté de l’amont vers l’aval pour les rues parallèles à la Seine, et des berges vers le nord et le sud pour les rues perpendiculaires à la Seine (figure 1).

Par ce nouveau numérotage appelé « numérotage séquentiel », les immeubles parisiens sont numérotés de 2 en 2, depuis le début de la voie. Les numéros pairs (2, 4, 6, etc.) sont regroupés d’un côté de la voie et les numéros impairs de l’autre. Ce système a été retranscrit dans un ouvrage historique : le Dictionnaire administratif et historique des rues de Paris5 dont les auteurs sont employés à la Préfecture de la Seine. Félix Lazare (1815-1894), signe le Dictionnaire en tant que sous-chef, secrétaire de la commission des alignements et des percements des rues, à la mairie de Paris. Son frère, Louis Lazare, est attaché aux archives de la ville et est considéré comme un des spécialistes de la question municipale et de l’histoire de Paris. Dans la préface du Dictionnaire, ils justifient la nécessité d’un tel ouvrage, présentant le résumé des améliorations successives de voies publiques parisiennes. Ils se disent conscients du réel besoin pour l’administration d’avoir un état de tous les actes passés concernant l’assainissement et l’embellissement de la ville. Ils insistent aussi sur l’importance et l’utilité de rappeler les dates des décisions ministérielles ou des ordonnances royales, concernant :

-la fixation de la largeur de chaque voie,

-le recensement de toutes les maisons frappées d’alignement,

-l’évaluation du retranchement imposé aux immeubles,

Sans oublier le relevé des changements de noms pour un certain nombre de voies publiques et de numérotations des propriétés. Cette source nous donne en fait un « état civil des rues de Paris » pour la fin de la première moitié du 19e siècle.

Figure 1. Numérotage napoléonien (1805)fig1

Mais avant que ne s’impose cette grande réforme fixant un système unifié de numérotage non seulement pour la capitale mais aussi pour la France entière, d’autres opérations plus ou moins performantes ont été expérimentées — mise à part celle lancée pendant la Révolution française. Une première tentative proposant un numérotage couvrant tout Paris, dite « numérotage royal » a été déclenchée en 1779. Cette entreprise revient à un certain Marin Kreenfelt de Storcks, chargé d’affaires de l’Électeur de Cologne, qui prend l’initiative personnelle de numéroter systématiquement tous les immeubles parisiens, avec, bien entendu, l’autorisation tacite de l’administration. Son objectif était de faire comprendre aux habitants de Paris ainsi qu’aux étrangers l’intérêt d’identifier les maisons et de remédier aux confusions provoquées par l’agrandissement de la ville et par l’accroissement de sa population, en rendant ainsi indispensable l’identification des immeubles. Le principe imposé du numérotage linéaire (dit « en fer à cheval ») repose d’une part, sur une série continue de numéros à partir d’un côté de la rue (dans la majorité des cas le côté gauche) et qui se prolonge sur le côté opposé (sans notion de côté pair et impair) : ainsi le premier numéro fait face au dernier numéro de la rue (voir figure 2). D’autre part, ne sont numérotées que les portes, et non les maisons. Kreenfelt explique son choix dans un mémoire rédigé en 17911.

Figure 2. Numérotage des rues de Paris à la fin de l’Ancien Régime imposé par Krenfelt)fig2

L’unité numérique est la porte et non la maison « puisqu’il est toujours préférable de multiplier les signes distinctifs que de confondre sous le même numéro les deux ou trois boutiques qui peuvent se joindre en une seule maison ». Ces règles ont été retranscrites dans les almanachs comme par exemple l’État actuel de Paris ou Le Provincial à Paris1. Dans la préface de cet ouvrage, il est annoncé que :

« Il est effectué dans chaque rue en commençant à gauche par le n°1 et en affectant successivement toutes les portes des maisons jusqu’à l’extrémité de la rue ; il est poursuivi en retour sur le côté droit de la voie jusqu’à ce que l’on se retrouve en face du n° 1, de telle sorte que le premier et le dernier numéro sont en regard l’un de l’autre. On a un numérotage continu, sans séparation de numéros pairs et impairs, fait de portes et non par des maisons ».

Kreenfelt fait poser à ses frais des numéros sur les maisons, au-dessus et à côté de chaque porte, et ce, malgré l’opposition de propriétaires souvent méfiants, craignant l’imposition de taxes nouvelles, et celle de certains nobles qui voyaient d’un mauvais œil que leurs demeures s’inscrivent dans une numérotation continue qui les plaçait sur un pied d’égalité avec les autres immeubles2. Commencé à partir du 2 juin 1779, le numérotage est rapidement réalisé dans plusieurs quartiers de Paris : Saint-Denis, faubourg Saint-Germain. L’opération se prolongera jusqu’en 1789. Désormais, Paris présente un réseau de rues avec un numérotage des portes des immeubles cohérents. Il ne sera pas forcément utilisé par tous. On le retrouve, entre autre, dans les Almanachs qui éditent des listes d’adresses connues à la rue et avec leur numéro d’identification, dans un certain nombre d’actes notariés…

Dans la préface l’almanach du Provincial à Paris3, l’ouvrage présente le principe d’une division de la ville en quatre grands quartiers, coupés « de l’orient à l’occident par la Seine, et du nord au sud par la rue presque droite qui part de la barrière Saint-Denis, traverse la Capitale, et se rend à la barrière d’Enfer ». Ces quartiers se déclinent ainsi : quartier du Temple, quartier du Louvre, quartier Notre-Dame et quartier Saint-Germain. À chaque quartier correspond un volume qui présente en premier toutes ses rues par ordre alphabétique, « avec leur toisé, le nombre de portes », puis pour chaque rue « par ordre des numéros des maisons, les monuments, établissements et personnages vivants ». L’Almanach rend compte aussi :

« Comme rien de tout ce qui existe ou se passe à Paris,
ne doit ni ne peut être étranger à l’état actuel de cette ville,
nous invitons messieurs les Artisans, Peintres, Sculpteurs,
Architectes, Auteurs, les propriétaires de manufactures,
fabriques, entrepôts importants et établissements considérables, les inventeurs, ceux qui tiennent des tables d’hôtes,
hôtels garnis, etc. à nous envoyer la notice ou prospectus
de leurs droits à la célébrité, avec le numéro de leur
demeure. (p. 9). « Les notices précises de chaque personne
recueillies dans un ouvrage commode, portatif ne peuvent
qu’attirer l’étranger à Paris et seront renouvelées tous les ans ».
fig_tab

Pour chaque rue (voir figure 3), est décliné le nom de la rue où elle commence et celle où elle aboutit, « le premier numéro qui indique le côté gauche par lequel on a commencé à nombrer les portes, le second numéro qui est celui de la porte en retour à gauche ».

Figure 3. Le numérotage de la rue d’Arras dans le Provincial (1788)

Rue d’Arras
70 toises
40 portes1 – Rue Saint-Victor
26 – Rue Clopinle signe — annonce l’endroit où chaque rue commence puis aboutit
le premier numéro indique le côté gauche par lequel on a commencé à numéroter la rue
le deuxième numéro indique la porte en retour de la rue, toujours à gauche
fig3

À la recherche d’informations spatiales…

Dans le projet global du « SIGParis18-19 », l’objectif était de rendre compte de la dynamique spatiale de l’espace parisien par le choix d’une « mise à jour rétrospective » de l’évolution de la structure urbaine dans le temps et dans l’espace, dans le but de restituer les transformations du réseau viaire, les effets de temporalité dans la modélisation des données spatiales et thématiques ainsi que les pratiques socio-économiques à partir de la spatialisation d’adresses historiques le long d’un même et unique objet linéaire, autour d’un élément clé : l’adresse.

Pour répondre à ces exigences, ce procédé « régressif » se fonde sur le choix d’un référentiel spatial linéaire (ou filaire qui est graphe linéaire topologique) contemporain GEOROUTE (IGN, 2000). Celui-ci fournit une description exhaustive et détaillée de la voirie au niveau du tronçon de rue avec une représentation précise du système d’adressage actuel (noms de rues, numéros d’adresses à gauche et à droite aux extrémités des tronçons). Ensuite, par rapport à GEOROUTE, ont été géoréférencés et calés des plans analogiques, choisis pour la qualité de leurs informations relatives au tracé des rues et à leur date de création (ou destruction), voir figure 4.

Le premier plan retenu a été l’Atlas de Jacoubet (1836)1. Les différentes planches qui le composent, donnent une vision du tracé des rues entre 1830-1836. Sur ce plan, sont mentionnés les noms des rues ainsi que l’amorce des immeubles et leur numérotation. La numérotation correspond à celle imposée par le Préfet Frochot en 1805 et retranscrite par les frères Lazare dans leur Dictionnaire de Lazare (1840). Toutes ces informations ont permis de mettre à jour rétrospectivement le filaire actuel des rues : la géométrie de chaque tronçon ainsi que ses attributs (nom de rue, type de rue, numérotation à droite et à gauche) ont été modifiés et validés. Ainsi un nouveau filaire historique a été créé « filaire de Jacoubet », révélant non seulement l’évolution du territoire de l’entité administrative mais aussi les traces successives de la transformation du parcellaire comme celui du réseau viaire, par rapport au filaire actuel.

Figure 4. GEOROUTE (IGN 2000) et le filaire de 1836fig4

Une deuxième opération a été réalisée à partir du Plan de Verniquet (1785-1791)1 qui est décrit par J. Boutier dans son ouvrage admirable dédié aux plans anciens parisiens2. Edme Verniquet (1727-1804) est un architecte, originaire de Châtillon-sur-Seine. En 1772, il s’installe à Paris au poste d’architecte du Jardin du Roi et se lance dans d’importants travaux cartographiques, qui aboutiront à l’établissement d’un grand plan de la capitale. En 1774, Verniquet commence à ses frais le lever de plans de rues. Par la déclaration du roi du 10 avril 1783, qui règlemente l’ouverture de nouvelles rues et la construction des immeubles en vue de faciliter la circulation, d’assurer la salubrité et la sûreté publiques, il est prévu un lever des plans de « toutes les rues de la ville et faubourgs de Paris » qui n’ont pas encore été cartographiées, et ce par les commissaires généraux de la voirie. Verniquet se met à l’œuvre dès l’été 1783, secondé par une trentaine de commissaires, dont vingt sont uniquement employés au lever des plans. La totalité des plans de rue (à l’échelle de 1/144) est achevée dès octobre 1785. Cette première opération de lever ne concerne qu’un plan des rues de Paris pour un espace circoncis à l’intérieur des limites telles qu’elles ont été définies par les déclarations royales de 1724-1728.

Le Plan de Vernique (figure 5) repose sur des relevés et calculs trigonométriques complexes. Il faut se reporter au monumental travail de J. Pronteau3 qui, grâce au registre qui consigne la triangulation de la capitale, a reconstitué l’opération dans sa complexité. « Après avoir établi la ligne du méridien de Paris et sa perpendiculaire, Verniquet, dans un premier temps, a fixé 8 « points de station » (l’Observatoire, la tour sud de Notre-Dame, la tour nord de Saint-Sulpice, la porte Saint-Denis, la pyramide de Montmartre, la colonne de l’hôtel de Soissons, la tour de l’église Sainte-Marguerite, la Samaritaine), à partir desquels il a mesuré, en angles et en distances, la position de 59 monuments pris comme repères par rapport à la méridienne et à sa perpendiculaire. Dans un second temps, il a ajouté vingt-sept autres points de station pour étoffer la triangulation. Tous ces relevés sont reportés sur un grand plan de 5,06 x 3,96 m. » 4.

À l’examen de ce plan, nous n’avons pas une image homogène de Paris. Elle donne un plan précis de la position des monuments, des édifices publics, des places, des hôtels particuliers et des jardins. En revanche, les espaces bâtis ne sont qu’occasionnellement délimités et représentés. Il n’y a pas de relevé du parcellaire urbain.

Figure 5. Atlas de Verniquet (1785-1791) : planche 29fig5

À partir de l’assemblage des 72 planches composant le Plan Verniquet et qui ont été géoréférencées et calées par rapport au « filaire de Jacoubet », une nouvelle mise à jour du « filaire de Jacoubet » a permis la création d’un nouveau filaire du réseau viaire parisien « filaire de Verniquet », donnant lieu à un état daté de la fin de l’Ancien Régime. Le renseignement des attributs propres aux rues a été possible pour une grande majorité du réseau grâce aux renseignements fournis par l’opération du numérotage de Kreenfelt retranscrit dans le Provincial à Paris de 1788. Ont été retenus la toponymie des rues et leur numérotation reconstituée à partir du nombre de portes et des tenants et aboutissants de ladite rue.  Un certain nombre de rues tracées sur le Plan de Verniquet ne sont pas citées et renseignées par le Provincial pour des raisons qu’il faudrait étudier. De même dans le sens inverse, bon nombre de passage, cul-de-sac dont les entrées sont signalées avec leur numéro dans la rue, sont répertoriées dans le Provincial mais n’ont pas fait l’objet d’un lever par l’équipe de géomètres de Verniquet. Ces nouvelles informations permettront de compléter le «  filaire de Verniquet » et de localiser un sous-réseau inexistant sur les plans publiés mais présents dans la pratique des parisiens (figures 6 & 7).

Figure 6. Extrait : Plan Jacoubet (1836) et Atlas Verniquet (1785-1791)
et le « filaire de Jacoubet »fig6

Figure 7. Atlas Verniquet (1785-1791) et le « filaire Verniquet »
mis à jour à partir du » filaire Jacoubet »fig7

… en vue de la spatialisation des adresses parisiennes de 1789

Le géocodage (ou adressage postal) est un processus qui permet de cartographier des informations à partir de leur adresse le long d’un réseau routier. Il repose sur l’appariement d’adresses postales qui consiste à comparer chaque adresse d’une table de localisation aux intervalles d’adresses de la couche de référence. L’interpolation permet une localisation de manière proportionnelle de l’adresse à géocoder le long du tronçon correspondant. Dans la réalité, les numéros de rue ne sont bien évidemment pas répartis de façon égale.

Cette méthode de géocodage est donc approximative. La géolocalisation des adresses ne sera pas totalement précise surtout sur les rues dont la longueur est importante comme les rues Saint-Honoré, Saint-Denis, Saint-Martin, Saint-Antoine… Il faut donc garder une certaine vigilance mais il est possible de remédier aux décalages en prenant en compte la position connue à l’adresse d’un certain nombre de monuments comme celles des édifices publics, des hôtels particuliers… qui permettront de corriger les erreurs. Cette correction est effectuée dans un second temps. A partir des positions connues, les adresses mitoyennes sont recalées.

Pour la période contemporaine, le géocadage des adresses historiques repose sur un référentiel spatial celui du « filaire de Jacoubet », d’un référentiel d’adresses relevées à partir d’une source historique (les Bottins administratifs de 1818 et 1836) et d’un locateur d’adresses. Celui-ci permet l’usage rapide dans ArcGIS for Desktop des fonctionnalités de géocodage : il décrit les informations qui sont utilisées pour géocoder des adresses ainsi que la manière de les rechercher dans le référentiel d’adresses. Il est construit en fonction des caractéristiques des données.

Pour l’Ancien Régime, il en va autrement ! En effet, il a été impossible de récupérer un locateur d’adresses adapté au système de numérotage imposé à Paris par Kreenfelt à partir de 1785 : un numérotage « en fer à cheval » et pour la majorité du réseau, qui débute sur le côté gauche.

Pour réaliser cette opération, un locateur d’adresses conçu sur mesure a été mis en place. C’est un script Python qui se charge de l’opération de géocodage via un jeu d’outils personnel. Dans un premier temps, tous les paramètres nécessaires au géocodage ont été recensés et une interface graphique a été construite (figure 8). Outre la table des adresses et le filaire support, il est nécessaire de paramétrer les champs correspondants à la rue, le premier numéro à gauche le dernier à gauche, le dernier à droite et le premier à droite (voir figures 2 & 3), le champ indiquant où la rue commence pour le premier numéro à gauche –cette étape permet d’orienter la géométrie de la rue pour la faire correspondre au sens réel lié à la numérotation, et enfin les informations relatives à la largeur de la rue, si toutefois elles sont disponibles1. Dans le cas contraire, il est possible d’affecter une valeur constante à l’intégralité du géocodage. Les adresses seront alors projetées de part et d’autre du filaire.

Figure 8. Interface graphique pour le Geocodage Verniquetfig8

Certains problèmes mineurs ont été rencontrés et leur intégration a été prise en compte dans le code :
– les rues numérotées que d’un seul côté (notamment les quais de Seine),
– les numérations qui se prolongent d’une rue à l’autre (voir figure 3),
– les numérations inconnues dans la base (point d’interrogation et 0),
– les rues sans numérotage,
– le matériel urbain relevé dans l’almanach comme les fontaines que nous souhaitions positionner sur une rue.

Le fichier obtenu en sortie est un fichier Shapefile portant :
– des géométries ponctuelles positionnées le long du filaire à un emplacement calculé par interpolation linéaire
– les attributs de la table à géocoder contenant les informations relatives à chaque adresse (nom, désignations, activités, etc.).

Le traitement pour le positionnement des adresses est alors le suivant :fig9

Les performances du traitement sont assez bonnes pour les 24 000 adresses environ puisque celui-ci s’effectue en moins de 5 minutes, soit environ 5 000 adresses par minute. Notons également qu’un fichier de log, sortie textuelle de toutes les opérations du traitement, est généré pour pouvoir auditer les points qui n’ont pas été géocodés (environ 600). Les résultats sont présentés sur les figures 9 & 10.

Figure 9. Résultats du géocodage (échelle globale et détail)

fig9-a fig9-b

Les données d’adresses des parisiens qui ont été mobilisées, proviennent d’une base de données constituée à partir d’une source historique : l’Almanach Royal de 17891. Il donne, comme dans le Provincial, pour chaque rue et par numéro, la liste des habitants qui ont transmis leur « notice ou prospectus » à l’éditeur de l’almanach ; de même ont été repérés les nombreux édifices publics et religieux, les hôtels particuliers, etc. L’ensemble de ces informations renseigne autour de 24 000 adresses. Pour chaque adresse, composée par le nom de la rue et le numéro dans la rue, a été relevé le nom des personnes (ou des monuments, ou des sociétés, entreprises …) présentes à l’adresse, ainsi que leurs différentes désignations et leurs activités.

À partir des résultats de l’opération de géocoding qui a permis de géocoder toutes ces adresses (habitants, monuments et autres bâtiments présents en 1789), le long du réseau de rues parisiennes daté de la fin de l’Ancien Régime. La géolocalisation des quelques 22 915 adresses sur le « filaire de Verniquet » permet d’afficher une cartographie de l’inscription de différents groupes sociaux dénombrés en 1789, dans l’espace parisien.

De nombreux contrôles ont été opérés à partir du fichier log afin de vérifier la qualité de l’opération de géocodage. Un certain nombre de problèmes ont été détectés. Un premier cas, celui des rues dont le numérotage ne commence pas à gauche mais à droite de ladite rue. Le résultat du traitement donne une localisation inversée des adresses. Il faut rappeler que la source utilisée, Le Provincial, qui renseigne les attributs du tronçon, n’indique pas si le numérotage commence à droite et non à gauche de la rue contrairement à la règle imposée par le promoteur de l’opération. En se référant à Verniquet qui a fait relever et situer un certain nombre de monuments (hôtels particuliers, églises, … etc.), sur le plan le long des voies, et en consultant leurs adresses fournies par l’Almanach de 1789, il a été possible de repérer les rues dont le numérotage est inversé. Les meilleurs exemples sont celui de la rue Saint-Martin (l’église Saint-Leu est géolocalisée en fin de rue et sur le côté gauche ; or le plan l’indique au début de la rue et sur le côté droit) et celui de la rue Saint-Honoré.

Une autre difficulté rencontrée à partir des résultats du traitement est le cas des rues très longues : l’application répartit les numéros pour chaque côté d’une façon régulière puisque la méthode utilisée est une interpolation linéaire. Or la distribution des portes sur la rue ne répond pas toujours à cette logique stricte. Il peut y avoir de grands décalages dans la numérotation occasionnés par la présence d’un bâtiment qui occupe un grand espace (comme les nombreux hôtels particuliers, les autres édifices) ou tout simplement la présence de terrains non construits. La meilleure façon de contrôler est de repérer ces bâtiments connus à leur adresse et de-là corriger les points de localisation des adresses.

Parmi les résultats du traitement (figures 10 et 11), on se propose d’afficher par exemple la cartographie de la géolocalisation de certaines activités professionnelles de parisiens comme celles des bouchers, boulangers ainsi de certains artisans comme les charpentiers et peintres en bâtiment.

Figure 10. Répartition des commerçants : bouchers et boulangers en 1789

fig10-a fig10-b

Figure 11. Répartition des artisans : charpentiers et peintres en bâtiment en 1789

fig11-a fig11-b

Mis à part tout le travail d’investigation autour de la panoplie des activités et des désignations qui est déployée dans le Paris de la fin de l’Ancien Régime, l’exploration des résultats du traitement a soulevé un aspect particulièrement intéressant, celui de la présence des passages ou culs-de-sac. Il n’est pas difficile de trouver pour cette période des inventaires imprimés ou des relevés sur des plans pour les rues parisiennes, mais on constate par expérience que peu de passages et de culs de sacs sont répertoriés. Les raisons sont sans doute pratiques : le peu d’intérêt pour ces voies secondaires et peut-être aussi dû au fait que leurs ouvertures et fermetures devaient être fréquentes. La lecture attentive du Plan Verniquet a mis en évidence la présence de tracés de voie qui ne sont pas nommées — souvent des appendices peu importants. Retrouver leurs noms exigerait un gros travail de recherches de consultation à partir d’autres plans sans avoir l’assurance de résultats. Or la base de données des adresses relevées dans l’Almanach de 1789 fait état non seulement d’un certain nombre de portes d’immeubles qui sont localisées dans des passages et culs-de-sac mais aussi donne le numéro dans la rue où ils débutent et où ils finissent (figures 12 et 13). Ainsi, il devient possible d’attribuer un nom à ces voies présentes sur le filaire mais aussi d’en construire — celles qui ont été omises permettant de compléter l’état de la structure viaire parisienne.

Figure 12. Localisation des entrées de passages et culs-de-sacfig12

Figure13. Les passages reconstruits, 1789

fig13a fig13b

Conclusion

Les objectifs de cette recherche est de rendre compte d’une part des méthodes SIG et des fonctionnalités qui ont été mobilisées ainsi que des outils qui ont été construits pour répondre aux questions que posaient l’inscription des activités socio-professionnelles à un moment donné et dans un espace donné.

En effet, même si les outils de géocodage se développent de plus en plus, ils ne sont souvent pas ou peu adaptés à des problématiques historiques sur des données anciennes. Des méthodes conformes à ces problématiques sont à construire et à mobiliser avec les experts (historiens, ingénieurs).

D’autre part, les questions concernant l’évolution de la structure viaire dans toutes ses dimensions ont été traitées grâce l’application d’une méthode de mise à jour dite « régressive » qui permet de retracer les modifications (créations, destructions… des voies) . Ces outils et méthodes validées pourront servir à la communauté scientifique des historiens qui ont dans problématiques ont des besoins de localisations d’adresses.

1 Celle concernant la première moitié du xixe siècle ayant fait l’objet d’une présentation lors des Journées ESRI (2007).

2 Le projet a été présenté lors de la Conférence ESRI à Versailles en octobre 2007 et dans Julien Perret et alii, « Etudes des dynamiques de l’occupation du sol. Questionnement, simplification et limites », in Anne Ruas et alii (dir.), 25(3):301-330, 2015,

3 Plans de la ville de Paris avec sa nouvelle enceinte, Levé Géométriquement sur la Méridienne de l’Observatoire Par le C[itoy]en Verniquet; parachevé en 1791. Dessiné et gravé par les C[itoy]ens P. T. Bartholomé, et A. J. Mathieu. 72 planches (8 par rang, 9 par colonnes), de 44 x 66 cm l’une (sauf les pl. de la première colonne, 44 x 44 cm).

1 Jeanne Pronteau, Les Numérotages des maisons de Paris du 15e siècle à nos jours, Paris, 1966.

2 Anton TANTNER, “Addressing the Houses: The Introduction of House Numbering in Europe”, Histoire & Mesure, 2009, XXIV-2.

3 Jeanne Pronteau, 1966, op. cit.

4 Il faut se reporter aux travaux récents de Catherine Denys et de Vincent Denis, pour qui le numérotage des maisons a une « origine militaire » affirmée (assurer le logement des soldats dans les villes d’étapes), mais avant tout policière. 

5 Félix et Louis Lazare, Dictionnaire Administratif et Historique des Rues de Paris et de ses Monuments, Paris, chez Félix Lazare, 1844.

1 « Contre le numérotage des sections de Paris » conservé aux AS dans la collection Lazare-Montassier, t. 105, f° 1817).

1 État actuel de Paris ou Le Provincial à Paris, Paris, chez Watin, 1788, dont il existe plusieurs éditions annuelles, de 1787 à 1790

2 Louis-Sébastien Mercier, Tableau de Paris, chap. 170.

3 État actuel de Paris ou Le Provincial à Paris, (4 volumes) chez Watin, publié de 1787 à 1790.

1 TH. Jacoubet, Atlas général de la ville, des faubourgs et des monuments de Paris, gravé par V. Bonnet…, Paris, 1836, in fol . 52 feuilles. Cet Atlas reprend les principes du premier cadastre de Vasserot (1807) et s’appuie sur le travail du premier plan levé géométriquement sur la méridienne de Paris (Verniquet).

1 Edme Verniquet, Plan de la ville de Paris avec sa nouvelle enceinte. Levé Géométriquement sur la Méridienne de l’Observatoire ; parachevé en 1791. Dessiné et gravé par P.T. Bartholomé et A.J. Mathieu. Echelle 1/1 800 environ ; 72 planches ; plan d’assemblage et plan des opérations trigonométriques

2 Jean Boutier, Les Plans de Paris des origines à la fin du xviiie siècle, Paris, Bibliothèque nationale de France, 2002.

3 Jeanne Pronteau, xxxxx

4 Jean Boutier, op. cit, 2002.

1 Dans notre problématique, les largeurs de rues ne sont pas connues. Toutefois, le programme peut en tenir compte pour d’autres données.

1 Cette base a été construite par Mathieu Marraud. Cf. M. Marraud, La noblesse de Paris au XVIIIe siècle, Paris, Seuil, 2000, 574 p.