Référentiels​ ​géo-historiques​ ​sémantisés​ ​pour​ ​les​ ​humanités – Atelier​ ​Campus​ ​Condorcet

Première journée de l’atelier Condorcet

le 7 décembre 2017 à l’École nationale des chartes

Le recours aux SIG pour l’indexation, la cartographie et l’analyse des sources est croissant. Des référentiels de données géo-historiques existent mais leur hétérogénéité et la difficulté d’intégration qui en découle, découragent leur utilisation dans d’autres contextes. Cet atelier, en réunissant les équipes spécialisées du Campus Condorcet, vise à tirer parti des possibilités offertes par le Web de données pour favoriser le partage et l’intégration des référentiels qu’elles maintiennent.

Accueil – café à 10h15

Matinée

1. Introduction (C. Brando, V. Jolivet)

10h30-10h45

Cet atelier ne vise pas à spécifier un format commun ; il ne vise pas à normaliser les méthodes de production des données géo-historiques ou leur utilisation. Son objectif n’est pas de construire une plateforme commune. Nous nous proposons modestement de réfléchir aux bénéfices du liage (linking) des données géo-historiques que nous produisons, et aux usages que nous envisageons (SIG, signalement documentaire, annotation de corpus, etc.). Quelles sont les conditions et les actions utiles pour produire ces liens ? Nous expérimenterons à partir de nos jeux de données, en vue de rendre possibles certains liens à l’issue de notre seconde journée (livrable). Nous analyserons ensemble les possibilités offertes par les approches en Linked Open Data (LOD).

2. Présentations courtes (10 mn)

10h45-11h45

Les participants présentent les projets auxquels ils sont associés, en mettant l’accent sur :

  • les jeux de données (datasets) disponibles
  • la structuration de ces données : format, standard ?
  • les objectifs du liage des données géo-historiques
  • des propositions : définition des objectifs collectifs, organisation du travail, etc.

Ci-dessous, une liste indicative des projets portés. Chacun abordera les projets et questions de son choix.

Alpage (H. Noizet, P. Rouet)

http://alpage.huma-num.fr/fr/

Plateforme d’information géo-historique sur Paris.

Biblissima (E. Frunzeanu)

http://beta.biblissima.fr/fr/repomap-locations

Des référentiels de lieux pour localiser des fonds et des objets.

Centre d’onomastique des AN (S. Nadiras)

http://www.archives-nationales.culture.gouv.fr/web/guest/centre-d-onomastique

Documentation relative aux noms de lieux et de personnes ainsi qu’aux autres types de noms propres (cours d’eau, rues et voies, relief…) de l’ensemble du territoire français.

Dictionnaire topographique de la France (O. Canteaut)

http://cths.fr/dico-topo/

Toponymes anciens et modernes de la France, avec attestations et liens vers les données INSEE.

GeoHistoricalData (B. Duménieu)

http://www.geohistoricaldata.org/

Étude des évolutions territoriales à différentes échelles.

Oronce Fine (E. Mermet)

https://psigehess.hypotheses.org/oronce-fine

Plateforme web sémantique d’intégration et de partage de documents anciens intégrant des dimensions spatio-temporelles.

Pause café, 11h45

3. Discussion libre

12h-12h45

Buffet, 12h45

Après-midi

4. « Les référentiels géo-historiques LOD : objectifs, formats, API », Marion Brunet et Guillaume Guebin (ENSG)

13h45-14h20

Marion Brunet et Guillaume Guebin sont élèves ingénieurs de l’École nationale en sciences géographiques. Ils présenteront un état de l’art des référentiels géohistoriques LOD en insistant sur les initiatives en cours pour le liage des données géo-historiques.

14h20-14h45

Questions, discussion sur les modèles de données

Pause, 14h45

4. Intervention de Ruth Mostern

15h-16h

University of Pittsburgh – World History Center Director and leading investigator of the World Historical Gazetteer projecthttp://whgazetteer.org/

Over a three-year period (2017-2020), the World-Historical Gazetteer (WHG) project will produce a data store and associated software and services supporting collaborative digital and data-driven historical scholarship at the global scale. This Linked Open Data (LOD) system will focus significantly but not exclusively on the centuries since 1500.

5. Discussion libre

16h-17h

Définition des objectifs communs à court terme (atelier J2) et à plus long terme (éventuels projets). Définition du livrable et du plan de travail. Organisation du travail collaboratif. Création du compte GITHUB pour partager des ressources.

Références

Ruth Mostern, Placing Names: Enriching and Integrating Gazetteers, Indiana University Press 2016 (edited with Humphrey Southall and Merrick Lex Berman).

Pelagios Commons : http://commons.pelagios.org/

Pleiades : https://pleiades.stoa.org/

Periodo : http://perio.do/

World-Historical Gazetteer : http://kgeographer.com/

Map the Museum : http://mapthemuseum.org.uk/

Google ancient places : https://googleancientplaces.wordpress.com/about/

Onoma – Ministère de la culture :

http://www.culturecommunication.gouv.fr/Divers/Harmonisation-des-donnees-culturelles/Referentiels/Le-referentiel-des-acteurs-historiques/ONOMA

Data.bnf : http://data.bnf.fr/

PastPlace: http://www.pastplace.org/

Finnish Ontology Service of Historical Places and Maps : http://dev.hipla.fi/

Getty Thesaurus of Geographic Names :

http://www.getty.edu/research/tools/vocabularies/tgn/index.html

Thesaurus pactols: http://pactols.frantiq.fr/opentheso/

Symogih : http://www.symogih.org/?q=named-places-list

2e workshop projet PSL Oronce Fine

Le 2e workshop du projet PSL Oronce Fine aura lieu le 9 octobre à l’Ehess.
Le programme prévu de la journée est présenté ci-dessous :
 
9h30 / 10h Accueil & café
10h : Introduction
10h15 : Présentation du projet PSL Valorisation du fonds cartographique du Laboratoire de Graphique de l’EHESS – Sandrine Robert, Benoît Hazard, Benoît Pandolfi
11h : Quel corpus dans le centre Vietnam : cartographie des évolutions de paysage sur dix siècles – Anne Valérie Schweyer
11h45 : Présentation du cas d’étude Les chemins de Saint-Jacques – Jean Passini
12h15 – 14h : Repas
14h : Présentation du projet des 9 de transilie (Laurent Costa) – Eric Mermet
14h30 : Le corpus digital des portraits sculptés antique, problèmes d’interconnexion des données (open linked data) – François Queyrel, Jean-Sébastien Gros
15h : Géographie du marché de l’art parisien (GeoMAP) –  Julien Cavero
15h30 : Le WebSig du côté des utilisateurs : Chronocarto, un outil adapté à nos besoins – Michel Dabas, Elisabeth Tribouillard, Katherine Gruel
16h : Fin et conclusion

Ateliers SIG 2017-2018

L’atelier SIG est un espace participatif et collaboratif ouvert permettant à chacun d’avancer sur des problématiques spatiales propres à chacun. Il est destiné aux doctorants, post-doctorants et chercheurs de l’EHESS.

Chaque atelier aura lieu en une journée entière. Le matin, entre 9h30 et 12h, sera dédié à un public débutant sous la forme d’une formation (atelier découverte). L’après-midi, entre 13h et 18h, nous visons un public avec des connaissances de base en SIG qui souhaitent travailler sur un projet de recherche en lien avec les SIG; nous serons là pour vous conseiller et répondre vos questions.

Les ateliers auront lieu dans la salle A516 (5e étage) du site de l’Ehess au 54 boulevard Raspail, merci d’apporter un ordinateur portable (et une souris car c’est très pratique pour manipuler les logiciels). Exceptionnellement, les séances du dernier cycle de l’année (avril, mai et juin) auront lieu à l’Institut des systèmes complexes au 113 Rue Nationale, 75013 Paris.

Pour y participer, il est conseillé de s’inscrire auprès de psig-tech@ehess.fr.

Nous aurons le plaisir d’accueillir de conférenciers lors des ateliers pour nous parler de leur projet en géomatique et humanités numériques, cette information sera annoncée ultérieurement.

Dates des ateliers pour 2017-2018 :

  • mar. 17 oct. 2017
    • Présentation de Clara Filet, Doctorante à Paris 1 (UMR 8546 ‘AOROC, Celtes et Etrusques’ et UMR 7041 ‘ArScAn, Archéologies Environnementales’ EA 4543 ‘Statistique, Analyse et Modélisation Multidisciplinaire’). Sa thèse porte sur les dynamiques d’urbanisation et réseaux d’interactions dans le monde celtique transalpin du IVème au Ier siècle av J.-C. Elle nous ferait une présentation sur les « Interactions spatiales en Europe Laténienne (IVe – Ier siècle av. J.-C.) pour une archéologie des réseaux et de la mobilité« , 13h-14h
  • mar. 14 nov. 2017
    • Présentation de Quentin LEFEVRE : « La cartographie sensible, un média de restitution de l’expérience du territoire« , 13h-14h
    • lien cours géoréférencement
  • jeu. 14 déc. 2017
    • Présentation de Sylvain Rassat (CNRS) : « L’utilisation de la microtopographie en archéologie« , 13h-14h
  • mar. 16 janv. 2018
  • mar. 13 févr. 2018
  • mar. 13 mars 2018
  • mar. 17 avr. 2018 (lieu : Institut des systèmes complexes au 113 Rue Nationale, 75013 Paris)
  • mar. 15 mai 2018 (lieu : Institut des systèmes complexes au 113 Rue Nationale, 75013 Paris)
  • jeu. 14 juin 2018 (lieu : Institut des systèmes complexes au 113 Rue Nationale, 75013 Paris)

 

Numéro spécial « Semantic Historical Gazetteers – DH2016 GeoHumanities SIG A Place for Places Workshop »

Nous avons le plaisir d’annoncer la sortie du numéro spécial Semantic Historical Gazetteers: A Place for Places – Papers from the DH2016 GeoHumanities SIG Workshop du Journal of Map & Geography Libraries (Volume 13, 2017 – Issue 1, open access), 

Un extrait en anglais de notre éditorial est présenté ci-dessous :

This issue of the Journal of Map & Geography Libraries presents extended contributions from the workshop “A Place for Places: Current Trends and Challenges in the Development and Use of Geo-historical Gazetteers” held on July 11, 2016 in Kraków, Poland in conjunction with the Digital Humanities conference (DH2016). The workshop—endorsed by the GeoHumanities Special Interest Group (SIG) of the Alliance of Digital Humanities Organizations—was dedicated to an area of research that lies at the crossroads between geographic information science, corpus linguistics, natural language processing, and the semantic Web.

Editeurs invités
Carmen Brando (EHESS)
Francesca Frontini (Université Paul-Valéry Montpellier 3)

Editeurs
Paige G. Andrew (Pennsylvania State University)
Katherine Hart Weimer (Rice University)

Oronce Fine et la cartographie historique de la Corne de l’Afrique

Le projet PSL Oronce Fine participe à la journée d’étude organisée dans le cadre du projet « ETHIOMAP: Exploring Modern Historical Maps of the Horn of Africa »

EHESS-CéSor, FZG-Universität Erfurt, CFEE, ANR, DFG.

Programme

  • Matinée sur les techniques informatiques d’indexation et d’analyse de corpus cartographiques.

– 10h00 : Accueil et introduction (Eloi Ficquet, Wolbert Smidt)
– 10h30 : Présentation du site Ethiomap (Simon Imbert-Vier, Eloi Ficquet, Stéphane Ancel).
– 11h00 : Présentation de la plateforme « Oronce Fine: Semantic-enabled platform for the publication, integration and exploration of geo-historical resources » (Nicolas Verdier, Eric Mermet et Carmen Brando, EHESS).
– 11h30 : Presentation of the project « C.W. Schimper in Abyssinia » (Stephan Hanss, University of Cambridge).

  • Après-midi sur l’analyse de cartes comme sources historiques.Discutantes: Morgane Labbé, EHESS; Hélène Blais, ENS

– 14h30 : Présentation de différents aspects de la carte générale de l’Afrique par Hermann Habenicht (1891):

1. Map-making methods at the Justus Perthes Geographic Institute in Gotha (Iris Schroeder, Forschungszentrum Gotha der Universität Erfurt; Petra Weigel, Universität Erfurt, Forschungsbibliothek Gotha, Sammlung Perthes).
2. Territories of the Horn of Africa as understood in Habenicht’s map (Wolbert Smidt; Haile Muluken, Mekelle University).
3. Commentaires sur des détails frappants révélés par l’analyse minutieuse de la carte Habenicht et son indexation (Stéphane Ancel, Eloi Ficquet)

– 16h00 : Pause

– 16h30 : Présentation des cartes géodésiques d’Antoine d’Abbadie (1860) (Eloi Ficquet).

– 17h00 : Présentation de la carte amharique de Kh. Papazian (1923) (Eloi Ficquet, Stéphane Ancel)
– 17h30 : Discussion, ouverture de perspectives (Morgane Labbé, EHESS; Hélène Blais, ENS)

Date : 23 mai 2017 de 10:00 à 18:30
Lieu : BULAC (salle RJ 24, rez-de-jardin, 65 rue des Grands Moulins – 75013)

Histoire urbaine et digital humanities

Conférence de Rosa Tamborrino au Séminaire international des sciences sociales de l’EHESS

Rosa Tamborrino, professeure à l’École polytechnique de Turin au sein du département d’architecture et de design, interviendra dans le Séminaire international des sciences sociales de l’EHESS / International Social Sciences Lecture Series at EHESS, pour donner une conférence intitulée « Histoire urbaine et digital humanities ».

Spécialiste de l’histoire architecturale et urbaine, Rosa Tamborrino centre ses recherches sur les liens entre le patrimoine culturel et le contexte historique, en s’intéressant notamment aux usages des techniques numériques (musées virtuels, sites Web, bases de données en ligne, visualisation de données, …).

Le discutant sera l’historien du XIXe siècle et de la classe ouvrière, Maurizio Gribaudi, directeur d’études de l’EHESS – Laboratoire de démographie et d’histoire sociale – LaDéHis (Centre de recherches historiques – CRH).

Le « Séminaire international des sciences sociales de l’EHESS / International Social Sciences Lecture Series at EHESS » repose sur une sélection de propositions émanant des directeurs et directrices d’études invités. Il vise en particulier à permettre à toute notre communauté d’étudiants, chercheurs et enseignants d’accéder à des courants de recherche internationaux parfois mal connus en France. Ce rendez-vous mensuel a lieu, durant l’année universitaire 2016-2017, le 4ème lundi de chaque mois, de 17h à 19h à l’EHESS, salle 13, 105 Boulevard Raspail 75006 Paris.

DateLundi 24 avril 2017 – 17:0019:00
Lieu EHESS (salle 13) – 105, Boulevard Raspail 75006 Paris.

 

1er workshop Oronce Fine : programme

Le projet PSL Oronce Fine tiendra une première journée d’étude dédiée à des questions techniques autour de l’annotation sémantique de sources ayant une dimension spatio-temporelle (cartes, photos, cartes postales, textes) et des infrastructures de données pour les sciences humaines et sociales.
Le programme de la journée est présentée ci-dessous :
9h30 : Accueil

10h : Introduction

10h15 : Marion Rivoal (Lab. de cultures et humanités digitales, Unil). La plateforme Knora: espace de travail, gestion de corpus et pérennisation de données sémantisées pour les sciences humaines et sociales (voir présentation)

11h00 : Rainer Simon (Pelagios, Digital Insight Lab, AIT). Recogito 2 : a Linked Data annotation tool for texts and images (voir présentation)

11h45 : Marie Delcourte-Debarre. SyMoGIH, une méthode et une plateforme pour l’étude historique et spatio-temporelle des espaces forestiers de l’Avesnois (voir présentation)

12h30 : Déjeuner

14h : Livio Deluca (UMR 3495 CNRS/MCC MAP). Aioli : une plateforme d’annotation sémantique 3D pour la documentation collaborative d’objets patrimoniaux (voir présentation)

15h30 : Conclusion

16h15 : Fin

Date : 21 avril 2017
Lieu : Institut de Systèmes Complexes
Organisateurs : Nicolas Verdier, Eric Mermet, Carmen Brando

Atelier cartes sensibles : leçon inaugurale 17/01

Le programme de la leçon inaugurale de l’atelier cartes sensibles est en ligne :

16h : « Bienvenue et introduction à l’atelier cartes sensibles, importance dans le contexte des SHS »
par Carmen Brando (EHESS), Catherine Dominguès (IGN), Laurence Jolivet (IGN, Eric Mermet (CNRS-EHESS), Sevil Seten (EHESS)

16h10 : « Construire une approche des cartes mentales Quel lien entre les nouveaux arrivants et Paris ? »
par Sevil Seten (Etudiante du Master Territoires, Espaces, Sociétés à l’EHESS)

16h25 « Représentation des ambiances urbaines et architecturales »
par Sylvie Laroche (Institut d’Urbanisme de Grenoble et UMR CNRS 1563)
Résumé :
La communication portera sur les propriétés et les spécificités de trois médiums (coupe, transect urbain, cartophonies) afin de restituer les formes spatiales, sensibles et sociales des lieux investis. Il s’agira de comprendre comment mobiliser ces différents outils pour apprendre à observer, représenter et définir une posture de projet.
Liens vers présentation.

16h50 : « Inventons nos territoires de demain »
par Sylvie Lardon (INRA & AgroParisTech, UMR Métafort, Clermont-Ferrand)
Résumé :
Pour inventer nos territoires de demain, il nous faut les dessiner. Car dessiner son territoire oblige non seulement à caractériser les objets matériels qui le composent, mais aussi à exprimer le sens que l’on donne aux configurations obtenues. Cela mobilise à la fois le raisonnement scientifique, logique, rigoureux et l’expression créative, spontanée, sensible.
Nous l’avons expérimenté dans diverses situations qui ont en commun un même objectif, celui d’hybrider les connaissances et un même itinéraire méthodologique, basé sur l’usage des modèles spatiaux (Lardon et Piveteau, 2005).
Liens vers résumé long et présentation.

17h15 : « Aux lieux, citadins ! »
par Joseph Rabie (Atelier International du Grand Paris (AIGP) et Paris Métropole)
Résumé :
« Mon Grandparis » est une carte sensible des lieux du Grand Paris faite par ses habitants. Projet de recherche de l’AIGP et Paris Métropole, il s’agit d’une carte interactive de la métropole qui, en rendant compte de la multitude de récits qui la fonde et les projets qui la fabrique, est élaborée de manière participative et collective par ses habitants.
Sa vocation est de constituer une plateforme d’expression sur leurs lieux de vie, afin que chacun y apporte ses connaissances situées, et que, en ricochet, ces lieux – donc l’acte même de les habiter – soient reconnus en les rendant visibles. « Mon Grandparis » est une espèce de Placebook, un réseau social territorial, où chacun peut ajouter des lieux et contribuer à ceux des autres participants.
http://www.mongrandparis.fr.

17h40 : « Cartographier l’actualité pour la presse entre réalité et subjectivité »
par Flavie Holzinger (Le Monde, Paris)

18h05 : « La cartographie sensible, une méthode pour les sciences sociales? »
par Elise Olmedo (Université Paris 1 UMR Géographie-cités, équipe EHGO)
Résumé:
L’émergence significative de nouvelles pratiques autour de la figuration de la dimension sensible du terrain redonne aujourd’huiune importance à la cartographie. Les outils usuels de la cartographie échouent en effet à certains égards à rendre compte de la pluralité des expériences de la ville, des espaces micro-géographiques aux espaces publics, des différenciations aux inégalités vécues. Ces outils classiques échouent tout autant à exprimer l’implication des chercheur-e-s sur le terrain. Dans ce contexte du renouvellement de l’instrumentation de terrain en sciences sociales, la cartographie sensible devient un moyen d’expression pour rendre compte du sensible.
A partir des collaborations autour de la cartographie sensible menées avec des non-géographes (des artistes-cartographes et des habitants) en France et au Maroc depuis 2010, mon travail expérimente les potentialités de l’outil cartographique en vue de renouveler les méthodes qualitatives en sciences sociales. Il s’agit d’élaborer des dispositifs cartographiques en situation, c’est-à-dire in situ, avec les personnes pour restituer nos rapports sensibles au terrain. Ces dispositifs de recherche partagés entre enquêteur-e-s et enquêté-e-s ont pour objectif d’élaborer de savoirs de l’espace fondées à la fois sur des processus de subjectivation de l’expérience et leur médiation par la cartographie. Cette approche replace ainsi la production du savoir dans le sensible.

Pour tout renseignement ou inscription, écrire : cartes-sensibles@ehess.fr

Ce projet est soutenu par la PSIG de l’EHESS et par le programme Projet Exploratoire Premier Soutien (PEPS) UPE-CNRS MATRICIEL porté par l’IGN.

logo-ehess                                                     ign_niou

Formation intensive SIG

Pour bien commencer l’année 2017, pourquoi ne pas venir apprendre à créer vos propres réalisation cartographiques ?

La spatialisation de l’information permet de mieux appréhender certains phénomènes complexes intrinsèquement liés à l’espace. Vous en aurez peut-être besoin dans vos futurs travaux ? Que se soit pour la mise en place d’une base de donnée spatiale, la finalisation de votre thèse dans laquelle il manque quelques cartes, l’intégration d’un grand corpus de données dans le cadre d’un projet ou tout simplement pour enrichir votre CV de cette nouvelle compétence.

Nous prévoyons un cycle court et intensif de formation initiale qui se déroulera du mardi 10 janvier au vendredi 13 janvier 2017.

Dans cette formation, nous prendrons le temps d’aborder tous les aspects fondamentaux pour la pratique des outils SIG : données images et données vectorielles, référentiels géographiques et cartographiques, géoréfencement et vectorisation de cartes anciennes, construction d’une base de données, etc.

Cette formation sera mutualisée pour la journée du 10 janvier avec les ateliers SIG mensuels de la plateforme et avec les participants au projet GeoHistoricalData. Ce dernier sera d’ailleurs présenté entre 13h et 14h par Maurizio Gribaudi et son équipe.

La participation est libre et sur inscription, merci de nous contacter à :

psig-tech@ehess.fr

Dates et salles :

Du mardi 10 janvier 2017 au vendredi 13 janvier 2017 de 9h à 18h.

Mardi 10 janvier : salle 115, EPHE, Bâtiment France
Mercredi 11 janvier : salle Jean-Pierre Vernant 8ème étage, Bâtiment France
Jeudi 12 janvier : salle Jean-Pierre Vernant 8ème étage, Bâtiment France
Vendredi 13 janvier : salle 116, EPHE, Bâtiment France

 

Lien du support de cours :

https://docs.google.com/presentation/d/1R3kGwCjYEb_cz6wA2_IIhOHEffBvBNLz_N4wfIEXwbU/edit#slide=id.p

Données :

OSM :

Grenoble : https://sharedocs.huma-num.fr/wl/?id=5BTOFNPjy14BIZChRVgwgI80C4sE8cky

Paris : https://sharedocs.huma-num.fr/wl/?id=kZu7rmoGqg9t4eKhAuUe8sQEj4lgK4xK

Bois de Vincennes 1934 : https://sharedocs.huma-num.fr/wl/?id=DX72SQ1SbBdCaGMF5uHKYkTaOZ1mZDTI

 

 

 

Applications du LiDAR en sciences géo-historiques 09-10 novembre 2016

Journée d’étude et workshop « Applications du LiDAR en sciences géo-historiques » organisés conjointement par :

  • le programme « Archéologies du Bassin Parisien » de l’UMR 7041,
  • la commission « Landscape archaeology » de l’UISPP,
  • le Master Recherche, spécialité « Archéologie et environnement » de l’Université Paris I et
  • le séminaire « Les SIG un outil pour l’interdisciplinarité » de l’EHESS.

Le 9 novembre 2016, un workshop se tiendra de 14h à 18h à la Maison Max Weber, salle R09, Nanterre. Inscription requise (laurent.costa@mae.cnrs.fr)

Le 10 novembre 2016, une journée d’étude aura lieu de 9h30 à 13h30 à la Maison Max Weber, salle de conférence 1, Nanterre (Entrée libre)

Contacts :

  • Laurent Costa (laurent.costa@mae.cnrs.fr),
  • Christophe Petit (christophe.petit@univ-paris1.fr),
  • Sandrine Robert (sandrine.robert@ehess.fr)

Résumé :

La technique du LiDAR (Light Detection and Ranging) permet une restitution très fine de la topographie, y compris sous couvert forestier, à partir d’un scanner laser embarqué dans un avion. Depuis quelques années, cette technologie rend visible des vestiges archéologiques sur des kilomètres carrés de zones forestières jusqu’alors muettes vues du ciel. Les sites archéologiques sont reconstitués avec leur environnement (routes, parcelles, structures agraires etc.) à des échelles difficilement analysables jusqu’alors.

La journée Application du LiDAR en sciences géo-historiques, se tiendra le 10 Novembre à Nanterre dans la salle de conférence 1, RDC Max Weber de 9h00 à 13 h30. Les intervenants proposeront des communications de 25 min (20 min + 5 min de questions). Seront discutés les outils et méthodes d’analyse et leurs apports et limites dans le cadre d’une démarche historique et archéologique.

Cette journée s’inscrit dans une suite de journées atelier tenues en 2012 et 2013. La journée est associée à un atelier de formation pratique sur le traitement des données LiDAR qui se tiendra le mercredi 09 Novembre à la Maison Max Weber de 14h à 18 h. Une inscription est nécessaire pour son suivi.

Voir le programme prévisionnel et les résumés des intervenants sur :

Livret journées LIDAR

École d’été Labex Dynamite 2016

Nous sommes à Catane cette semaine pour animer deux ateliers sur les SIG et les villes. La thématique de l’école d’été 2016 du Labex Dynamite s’intitule « Des risques à la résilience, du passé au présent : perspectives critiques et approches comparatives ».IMG_20160707_185022

La formation SIG et Villes, organisée avec Serge Lhomme, maître de conférence à l’Université Paris-Est Créteil, présentait l’utilisation de QGis dans un contexte de risques sur la ville de Syracuse.

La formation est accessible à cette adresse et les données peuvent être téléchargées ici.

Journée d’étude Omeka à l’ENS

Lundi 13 juin, la PSIG a participé à la journée d’étude proposée par PSL organisée par Anne Garcia-Fernandez (LAS) et Richard Walter (ITEM) à l’ENS Ulm. Nous avons eu l’occasion de découvrir le logiciel Omeka pour la gestion des bibliothèques numériques conforme aux standards Dublin Core ainsi que la version nouvelle Omeka-S (S de « sémantique ») qui est entièrement compatible avec les standards du Web de Données et sera bientôt disponible (version stable). Ces logiciels open source sont développés par le CHNM à Washington. PSL s’est également investie sur le développement d’Omeka-S afin de l’adapter à ses besoins par la création de plug-ins. Nous avons aussi assisté à des présentations exposant les différents établissements (bibliothèques, musées et universités) qui ont adopté Omeka. A la PSIG, nous sommes très enthousiastes à l’idée de s’en servir !

journéeOmeka

Pour plus d’information sur cette journée, n’hésitez pas à suivre ce lien.

Toledo Medieval Espacio y tiempo

Le projet Toledo: Espacio y Tiempo est porté par Jean Passini (CNRS/CRH-EHESS).

La création du portail Toledo : Espacio y Tiempo répond à la nécessité de recueillir et de diffuser toutes les informations et les résultats obtenus dans le cadre des enquêtes menées sur les maisons dans le centre historique de Tolède au cours des vingt dernières années. Multipliant les points de repère dans la ville et en leur associant ces documents, il est possible d’élargir la connaissance sur la ville, non seulement des bâtiments principaux, mais aussi des maisons. Ce projet est inclus dans un projet plus large intitulé GIS Medieval, qui a été lancé en 2006.

La gestion et la coordination de la partie technique est réalisée par M. Antonio Quintanilla Rodenas, Professeur à l’Escuela Politécnica Superior de Albacete, et chercheur du groupe de SIG et de télédétection de l’Instituto de Desarrollo Regional, représentant l’Universidad de Castilla-La Mancha.

Objectifs
– Soumettre les documents relatifs à l’évolution historique de la planimétrie et de la structure des maisons;
– Approfondir l’histoire sociale des quartiers;
– Mettre en place une base de données pour la planification urbaine pour un usage scientifique, patrimonial, et culturel.
– Développer un outil pour la diffusion de ces informations.
– Intégrer l’information historique avec l’information géographique actuelle dans un seul modèle afin de faciliter les analyses spatio-temporelles.

Le processus d’identification des maisons est illustré ci-dessous.

site-toledo-psig

RDV en Spatial Humanities, SIG et Cartographie autour de l’été 2016

Nous vous proposons une liste non-exhaustive des prochains rendez-vous scientifiques en ‘Spatial Humanities’ , SIG et Cartographie, autour de l’été 2016.

Le séminaire international ‘Exploring Old Maps (EOM 2016)’ se tiendra à Luxembourg le 8 juin 2016. Il sera l’objet de cartothèques numériques, leur valorisation, et leur usage pour la recherche en sciences sociales. Elle se tiendra en coopération avec la ‘DHBENELUX Conference 2016‘ qui propose également deux sessions très prometteuses en ‘Geo-Humanities‘.

En juin aussi, la PSIG sera aussi aux Journées informatique et archéologies (JIAP 2016), pour plus d’information, consultez notre billet décrivant notre participation.

Pendant l’été, la conférence ‘Digital Humanities‘ (DH2016) se tiendra en Cracovie le 10-16 Juillet 2016, elle est organisée de manière conjointe par l’Université Jagiellonian et l’University Pedagogique de Cracovie. Il y aura trois sessions aussi très prometteuses intitulées ‘Space and Maps. La PSIG sera présente en tant que président de session et organisateur du séminaire en ‘Spatial Humanities‘, A Place for Places, dont les présentations et les discussions porteront sur la production de gazetiers géo-historiques et leur publication sur le Web de Données ainsi que leur usage pour l’annotation de textes anciens. 

Après l’été, un rendez-vous incontournable est la conférence ‘Spatial Humanities 2016‘ organisée par Université de Lancaster au Royaume-Uni, le 15-16 septembre 2016, il sera sujet de l’utilisation du SIG et des technologies spatiales pour la recherche en SHS.