2e workshop projet PSL Oronce Fine

Le 2e workshop du projet PSL Oronce Fine aura lieu le 9 octobre à l’Ehess.
Le programme prévu de la journée est présenté ci-dessous :
 
9h30 / 10h Accueil & café
10h : Introduction
10h15 : Présentation du projet PSL Valorisation du fonds cartographique du Laboratoire de Graphique de l’EHESS – Sandrine Robert, Benoît Hazard, Benoît Pandolfi
11h : Quel corpus dans le centre Vietnam : cartographie des évolutions de paysage sur dix siècles – Anne Valérie Schweyer
11h45 : Présentation du cas d’étude Les chemins de Saint-Jacques – Jean Passini
12h15 – 14h : Repas
14h : Présentation du projet des 9 de transilie (Laurent Costa) – Eric Mermet
14h30 : Le corpus digital des portraits sculptés antique, problèmes d’interconnexion des données (open linked data) – François Queyrel, Jean-Sébastien Gros
15h : Géographie du marché de l’art parisien (GeoMAP) –  Julien Cavero
15h30 : Le WebSig du côté des utilisateurs : Chronocarto, un outil adapté à nos besoins – Michel Dabas, Elisabeth Tribouillard, Katherine Gruel
16h : Fin et conclusion

Atelier cartes sensibles : leçon inaugurale 17/01

Le programme de la leçon inaugurale de l’atelier cartes sensibles est en ligne :

16h : « Bienvenue et introduction à l’atelier cartes sensibles, importance dans le contexte des SHS »
par Carmen Brando (EHESS), Catherine Dominguès (IGN), Laurence Jolivet (IGN, Eric Mermet (CNRS-EHESS), Sevil Seten (EHESS)

16h10 : « Construire une approche des cartes mentales Quel lien entre les nouveaux arrivants et Paris ? »
par Sevil Seten (Etudiante du Master Territoires, Espaces, Sociétés à l’EHESS)

16h25 « Représentation des ambiances urbaines et architecturales »
par Sylvie Laroche (Institut d’Urbanisme de Grenoble et UMR CNRS 1563)
Résumé :
La communication portera sur les propriétés et les spécificités de trois médiums (coupe, transect urbain, cartophonies) afin de restituer les formes spatiales, sensibles et sociales des lieux investis. Il s’agira de comprendre comment mobiliser ces différents outils pour apprendre à observer, représenter et définir une posture de projet.
Liens vers présentation.

16h50 : « Inventons nos territoires de demain »
par Sylvie Lardon (INRA & AgroParisTech, UMR Métafort, Clermont-Ferrand)
Résumé :
Pour inventer nos territoires de demain, il nous faut les dessiner. Car dessiner son territoire oblige non seulement à caractériser les objets matériels qui le composent, mais aussi à exprimer le sens que l’on donne aux configurations obtenues. Cela mobilise à la fois le raisonnement scientifique, logique, rigoureux et l’expression créative, spontanée, sensible.
Nous l’avons expérimenté dans diverses situations qui ont en commun un même objectif, celui d’hybrider les connaissances et un même itinéraire méthodologique, basé sur l’usage des modèles spatiaux (Lardon et Piveteau, 2005).
Liens vers résumé long et présentation.

17h15 : « Aux lieux, citadins ! »
par Joseph Rabie (Atelier International du Grand Paris (AIGP) et Paris Métropole)
Résumé :
« Mon Grandparis » est une carte sensible des lieux du Grand Paris faite par ses habitants. Projet de recherche de l’AIGP et Paris Métropole, il s’agit d’une carte interactive de la métropole qui, en rendant compte de la multitude de récits qui la fonde et les projets qui la fabrique, est élaborée de manière participative et collective par ses habitants.
Sa vocation est de constituer une plateforme d’expression sur leurs lieux de vie, afin que chacun y apporte ses connaissances situées, et que, en ricochet, ces lieux – donc l’acte même de les habiter – soient reconnus en les rendant visibles. « Mon Grandparis » est une espèce de Placebook, un réseau social territorial, où chacun peut ajouter des lieux et contribuer à ceux des autres participants.
http://www.mongrandparis.fr.

17h40 : « Cartographier l’actualité pour la presse entre réalité et subjectivité »
par Flavie Holzinger (Le Monde, Paris)

18h05 : « La cartographie sensible, une méthode pour les sciences sociales? »
par Elise Olmedo (Université Paris 1 UMR Géographie-cités, équipe EHGO)
Résumé:
L’émergence significative de nouvelles pratiques autour de la figuration de la dimension sensible du terrain redonne aujourd’huiune importance à la cartographie. Les outils usuels de la cartographie échouent en effet à certains égards à rendre compte de la pluralité des expériences de la ville, des espaces micro-géographiques aux espaces publics, des différenciations aux inégalités vécues. Ces outils classiques échouent tout autant à exprimer l’implication des chercheur-e-s sur le terrain. Dans ce contexte du renouvellement de l’instrumentation de terrain en sciences sociales, la cartographie sensible devient un moyen d’expression pour rendre compte du sensible.
A partir des collaborations autour de la cartographie sensible menées avec des non-géographes (des artistes-cartographes et des habitants) en France et au Maroc depuis 2010, mon travail expérimente les potentialités de l’outil cartographique en vue de renouveler les méthodes qualitatives en sciences sociales. Il s’agit d’élaborer des dispositifs cartographiques en situation, c’est-à-dire in situ, avec les personnes pour restituer nos rapports sensibles au terrain. Ces dispositifs de recherche partagés entre enquêteur-e-s et enquêté-e-s ont pour objectif d’élaborer de savoirs de l’espace fondées à la fois sur des processus de subjectivation de l’expérience et leur médiation par la cartographie. Cette approche replace ainsi la production du savoir dans le sensible.

Pour tout renseignement ou inscription, écrire : cartes-sensibles@ehess.fr

Ce projet est soutenu par la PSIG de l’EHESS et par le programme Projet Exploratoire Premier Soutien (PEPS) UPE-CNRS MATRICIEL porté par l’IGN.

logo-ehess                                                     ign_niou

Valorisation du fonds cartographique du Laboratoire de Graphique de l’EHESS

Ce projet s’inscrit dans la mise en place de la Plateforme de Système d’Information
Géographique (PSIG) de l’Ehess qui vise à construire un référentiel de données géoréférencées pour le mettre à la disposition de la communauté scientifique dans une démarche d’ouverture des données et élaborer une cartothèque patrimoniale numérique. L’Ehess s’appuie sur les travaux produit par le Laboratoire de Graphique créé par Jacques Bertin qui a acquis et produit, entre 1954 et 2000, des milliers de cartes. Ces cartes publiées au format papier ne sont, la plupart du temps, pas accessibles sous format numérique. Outre le fait de constituer une cartothèque patrimoniale, l’innovation du projet se situe dans la valorisation et la diffusion par la constitution d’un nouvel objet numérique : des cartes géoréférencées et indexées selon le schéma standard de métadonnées Dublin Core.

Ce projet est financé par le Centre de Recherches Historiques de l’EHESS et a fait l’objet d’un dépôt dans l’appel à projet 2015 « Soutien aux projets de numérisation – Arts et humanités numériques » de Paris Sciences et Lettres (PSL). Le porteur est la PSIG, les partenaires sont PSL, CNRS, ENS, Ecoles des Chartes, Université Paris I et les Archives Nationales.

Présentation du fonds Bertin

Créé et dirigé par Jacques Bertin, le Laboratoire de Cartographie (devenu ensuite Laboratoire de Graphique) a produit, entre 1954 et 2000, des cartes originales en collaboration avec les chercheurs et produit une réflexion sur la représentation sémantique qui dépasse une simple offre de service (cf. Bertin 1967, 1977, 1999). Ces cartes ont été publiées dans des ouvrages et des articles de revues. Lorsqu’ils ont été numérisés, les cartes n’ont pas été systématiquement dépliées ce qui en limite aujourd’hui l’accès sous format numérique. Ces cartes concernent
différentes aires culturelles (Europe, Afrique, Asie…) et périodes (de la préhistoire à la période contemporaine).

Un ensemble majeur concerne les dossiers de travail pour la rédaction et la publication des Atlas de la Révolution française. Dirigé par C. Langlois, S. Bonin puis coordonné par M. -V. Ozouf-Marignier et publié entre 1985 et 2000, l’Atlas illustre la volonté « d’explorer les usages de la cartographie comme outil et expression de la recherche historique » (Rapport d’activité du CRH, 1990-1997). Le fonds contient les archives de fabrication des cartes, les notes de travail, ainsi que les documents et typons envoyés à l’imprimeur.

Le Laboratoire de Graphique avait acquis aussi un important fonds de cartes topographiques (2562 cartes) produites par différents organismes (IGN, Orstom, services de cartographie étrangers etc.) dont l’intérêt réside en plusieurs points.

  1. Ces cartes, datées pour le plus grand nombre entre la fin du XIXe siècle et les années 1960-1970, permettent de travailler sur la dynamique des territoires et d’analyser des transformations majeures survenus au XXe s.
  2. Différentes aires culturelles sont représentées. Le fonds est particulièrement riche pour la France (1186 cartes) et l’Afrique (652 cartes). Il contient aussi des cartes pour l’Asie, l’Amérique du Nord et d’autres pays européens. De manière générale, hormis ce qui concerne la France, l’accès à ces cartes reste difficile et elles font encore peu l’objet de numérisation et de mise en ligne systématique. Elles sont complémentaires du service Carto-mundi pour la valorisation en ligne du patrimoine cartographique proposé par la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme – Aix-en-Provence.
  3. Ce fonds contient un grand nombre de cartes thématiques qui détaillent des éléments environnementaux, les réseaux, les données agricoles, la répartition spatiale, les divisions administratives, la population, les données ethnographiques, l’économie, etc.

Porteurs : Sandrine Robert (CRH-EHESS), Eric Mermet (CNRS/CAMS-EHESS)
Développements : Benoit Pandolfi
Soutien aspects Web de données : Carmen Brando

logo-psl